Décès de Jessy Drolet: menaces de mort contre la policière

Marlène Drolet, la mère de Jessy Drolet... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Marlène Drolet, la mère de Jessy Drolet

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Sûreté du Québec a ouvert une enquête concernant des menaces de mort qui ont été proférées à l'endroit de la policière Isabelle Morin, elle-même accusée de négligence criminelle causant la mort du motocycliste Jessy Drolet le 10 septembre 2015.

La personne visée par cette plainte déposée en fin de semaine est la mère de M. Drolet, Marlène Drolet, a appris Le Soleil. La police de Québec aurait transféré le dossier à la Sûreté du Québec (SQ) par souci de transparence puisqu'il implique un membre de son service. «Nous ne confirmons ni n'infirmons les enquêtes en cours», laisse savoir la sergente Christine Coulombe de la SQ.

Selon les informations obtenues d'une source non officielle, les menaces ont été proférées sur Facebook. «Mon testament envers toi, Jessy, elle va mourir en même temps que moi», a écrit la mère sur sa page. Depuis, le message, qui était accompagné d'une photo de Jessy Drolet, a été supprimé.

Mardi, il était possible de lire un autre message de Mme Drolet où elle expliquait avoir écrit des «niaiseries» et qu'elle s'était rendu compte que ça ne ramènerait pas son fils. Pour l'instant, il est impossible de savoir si l'enquête en cours mènera à une accusation criminelle.

Lors d'une rencontre avec Le Soleil en avril, la mère éplorée avait confié qu'elle était toujours habitée d'une colère et que jamais elle ne pardonnerait à la policière. C'était la journée même où elle apprenait que Mme Morin faisait face à une accusation de négligence criminelle causant la mort.

«Les gens disent qu'il faut pardonner. Moi, jamais je ne vais lui pardonner. Je vais avoir de la rancoeur jusqu'à la fin de mes jours. Ça me défoule. Ça me fait du bien. Il ne faut pas toucher à ma famille», avait-elle laissé tomber.

Le 10 septembre 2015 vers 23h, l'autopatrouille de l'agente Morin et la moto de M. Drolet entraient en collision dans une zone de travaux du ministère des Transports sur l'autoroute Laurentienne près des sorties George-Muir et de la Faune. L'axe nord était bloquée à la circulation, qui était déviée en direction sud. Une voie, séparée par des cônes, était ouverte dans chaque direction. L'agente effectuait alors un demi-tour. La moto qui circulait en direction sud a percuté le véhicule, côté passager.

Le procès à venir devra déterminer si l'agente était autorisée ou non à effectuer cette manoeuvre. Les procédures se poursuivent le 1er décembre au palais de justice de Québec.

En octobre, le rapport du coroner Jean-Marc Picard révélait que les analyses toxicologiques effectuées sur Jessy Drolet avaient permis de détecter la présence de cannabis et d'alcool dans le sang de la victime. Le motocycliste de 38 ans présentait un taux d'alcoolémie de ,08, tout juste la limite permise.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer