Absolution pour un Marines québécois

Le palais de justice de Québec... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le palais de justice de Québec

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un Québécois qui a fait la guerre aux talibans comme tireur d'élite avec les Marines américains a pu obtenir une absolution conditionnelle hier au palais de justice de Québec. L'épisode violent de Jason Lessard est clairement lié à son choc post-traumatique, ont expliqué les parties.

Coquelicot épinglé à la poitrine, le grand gaillard de 41 ans, originaire de Bellechasse, a plaidé coupable à des voies de fait, des menaces de mort, des bris de condition et une action indécente.

Fils d'une Américaine, Jason Lessard a combattu sur le front en Afghanistan à titre de tireur d'élite (sniper). Il a perdu 12 hommes en Afghanistan dans un bombardement. Les 12 noms des membres de son bataillon sont d'ailleurs tatoués sur son imposant biceps.

De retour au pays, l'ex-sergent des Marines, intoxiqué par l'alcool et la drogue, a sauté au visage d'un jeune voisin en avril 2016. Selon la défense, Jason Lessard s'imaginait alors faire cesser une dispute de couple.

Il a pris le jeune homme de 14 ans par la gorge, l'a collé au mur et a menacé de le tuer avant de lui asséner quelques coups de poing.

Après son arrestation, l'ancien Marines a été envoyé à La Vigile, une maison de thérapie pour les membres des forces de l'ordre et les militaires.

Quatre jours après son arrivée, Lessard est entré dans le bureau d'une intervenante en toxicomanie et a proposé de lui faire un striptease. Il ne s'est arrêté qu'après avoir détaché son pantalon.

Médication mal dosée

Les psychiatres qui l'ont évalué ont compris que sa médication pour le choc post-traumatique était très mal dosée. Ils ont en outre diagnostiqué un trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité.

Quatre mois plus tard, Jason Lessard n'est plus la même personne, a constaté la procureure de la Couronne Me Valérie Lahaie, en expliquant pourquoi elle consentait à une absolution conditionnelle à un don de 500 $ et à une probation d'un an.

Les Forces armées canadiennes ont accepté d'admettre Jason Lessard dans leurs rangs, a indiqué son avocat, Me Pierre Desruisseaux. Il aura ainsi droit au suivi psychologique qu'il n'a jamais obtenu jusqu'ici.

Fini les combats, a assuré le militaire, qui aimerait plutôt conduire les camions de l'armée.

Le juge Bernard Lemieux a accepté que le militaire puisse retrouver ses quatre armes, notamment un fusil avec lequel son grand-père, membre du Royal 22e Régiment, a fait la Seconde Guerre mondiale.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer