Meurtre de Sonia Raymond: le procès débute... 20 ans plus tard

La plage de Maria, en Gaspésie, à l'endroit... (Collaboration spéciale Gilles Gagné)

Agrandir

La plage de Maria, en Gaspésie, à l'endroit où le corps de Sonia Raymond a été trouvé le 27 juillet 1996.

Collaboration spéciale Gilles Gagné

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Gilles Gagné</p>
Gilles Gagné

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Carleton) Le procès de Réal Savoie, accusé du meurtre avec préméditation de Sonia Raymond, survenu il y a 20 ans et trois mois, a débuté lundi au palais de justice de New Carlisle. Présidé par le juge Louis Dionne, le procès pourrait durer 10 semaines.

Ces 10 semaines seront séparées en deux épisodes de cinq semaines. L'épisode mis en branle lundi sera principalement réservé à établir la validité de la preuve récoltée à la suite d'une enquête de type Mr. Big, une technique d'infiltration débouchant généralement sur des aveux du suspect.

L'avocat de Réal Savoie, Marcel Guérin, affirme depuis le printemps 2014, soit depuis l'arrestation de son client, qu'il contestera la validité de la preuve par infiltration.

En plus des arguments de Me Guérin, le juge Louis Dionne et le substitut du procureur général Gérald Maltais entendront notamment de multiples heures d'écoute électronique au cours des prochains jours et peut-être des prochaines semaines.

Il s'agit là aussi pour le juge de se pencher sur la validité de la preuve. Enfin, si le juge Dionne décide qu'il y a toujours matière à procès, en dépit des arguments de Me Guérin dans le sens contraire, le magistrat peut aussi suggérer les passages plus déterminants d'écoute électronique, de façon à en garder les meilleurs éléments lors de l'audition des témoins, en présence d'un jury qui reste à choisir. Cette sélection devrait avoir lieu en mars.

Il s'agit du deuxième procès pour meurtre en Gaspésie cette année. Entre janvier et avril, Johanne Johnson a été reconnue coupable du meurtre non prémédité de son mari, James Dubé, de Grande-Rivière.

Ce procès avait aussi été tenu après une enquête par infiltration. Ce meurtre remontait également dans l'histoire, au 30 avril 1998. Les premières semaines avaient notamment servi à choisir les meilleurs éléments d'écoute électronique, de façon à raccourcir la seconde moitié du procès.

Sonia Raymond était gérante de magasins de vêtements quand elle a été assassinée en plein samedi après-midi, sur la plage du banc de Maria, à quelques mètres de l'achalandée route 132, le 27 juillet 1996, au coeur des vacances de la construction. Le meurtre a été commis au pied d'un mur de béton supportant la route.

Le corps partiellement dévêtu de Mme Raymond a été retrouvé par un passant, quelques heures après le meurtre. Elle portait des marques de blessures au cou, probablement portées à l'aide d'un couteau.

Un orage a balayé la scène du crime peu après la découverte du corps, ce qui a compliqué le travail des policiers. Les enquêteurs ont essuyé des critiques par la suite en n'envoyant un maître chien sur la scène du crime qu'en novembre.

Récidives

Maintenant âgé de 51 ans et originaire de Nouvelle, Réal Savoie a été considéré comme suspect à partir du 9 septembre 1996, après avoir commis une récidive en matière d'agression sexuelle sur une jeune femme de Saint-Omer. La Sûreté du Québec a effectué une perquisition le 26 septembre suivant dans la demeure de Saint-Omer et le véhicule qu'il utilisait, mais l'infime échantillon de sang trouvé dans la camionnette n'a jamais pu être lié au suspect ou à la victime. L'analyse n'a été effectuée qu'en 1998 afin de profiter des avancées technologiques, mais sans succès.

Réal Savoie a purgé des peines respectives de trois et huit ans pour les agressions sexuelles commises en 1992 et 1996.

Il a été arrêté le 16 avril 2014 à Montréal et il a été accusé de meurtre prémédité au palais de justice de New Carlisle le lendemain.

Son procès devait initialement débuter le 12 septembre. Il a été reporté de près de deux mois en raison du manque de disponibilité des salles de cour en Gaspésie. Les derniers mois ont été ponctués par de longs procès, dont celui de Johanne Johnson, et celui de Tim Sergerie, acquitté récemment de vol.

En Gaspésie, il reste quatre meurtres survenus depuis 1988 n'ayant débouché sur aucune accusation. Linda Condo, de Gesgapegiag, a été tuée en 1988 à Miguasha. Claudette Servant et Victorien Vallée ont été assassinés à Tourelle en 1995. Will Langlois, de Port-Daniel, a été tué, probablement en février 1998. Son corps n'a jamais été retrouvé.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer