Onze entreprises dénoncent leurs pratiques de collusion

En juillet 2015, des agents de l'Unité permanente... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

En juillet 2015, des agents de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) avaient effectué une perquisition dans les bureaux de la firme de génie-conseil BPR à Québec.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Elles ont eu un an pour le faire, mais c'est au cours des derniers jours que plusieurs entreprises d'ingénierie et de construction ont levé la main pour dénoncer au gouvernement leurs pratiques de collusion, portant le total à 11.

C'est le mardi 1er novembre que se termine le programme de remboursement volontaire, mis sur pied par le gouvernement du Québec dans la foulée de la commission Charbonneau. 

Les entreprises inscrites devront maintenant négocier avec l'administrateur du programme, le juge François Rolland, une quittance globale pour tous les organismes publics et villes qu'elles auraient lésés en fixant les prix de certains contrats. 

Les organismes publics doivent récupérer au minimum 20% du montant des contrats frauduleux et les entreprises doivent aussi assumer des frais d'administration de 10%. 

À Québec et à Lévis, les firmes Roche, Dessau, SNC-Lavalin et CIMA + s'étaient déjà dénoncées au cours des derniers mois. S'est ajoutée dans la dernière semaine l'entreprise BPR, qui compte un bureau et des milliers d'employés sur chaque rive. L'entreprise fondée à Québec il y a plus de 50 ans a été rachetée en 2010 par Tetra Tech. 

Pression de Lévis

La Ville de Lévis avait mis de la pression la semaine dernière en envoyant par huissier une lettre invitant les entreprises qu'elle soupçonnait de collusion à s'inscrire au programme

«On est contents, on voit que ça a porté fruit», s'est félicité lundi Christian Tanguay, directeur des communications pour la Ville de Lévis. 

La Ville de Lévis avait identifié cinq autres entreprises, dont elle n'a pas divulgué publiquement les noms, qu'elle pourrait maintenant poursuivre pour collusion, étant donné qu'elles ne se sont pas dénoncées elles-mêmes. «On va évaluer chaque dossier et voir s'il y a matière à poursuivre», indique M. Tanguay. 

«Nous, on veut aller au fond des choses et toutes les billes qu'on peut récupérer pour la Ville, on va le faire», a soutenu le maire de Lévis Gilles Lehouillier la semaine dernière. 

À Québec, le maire Régis Labeaume s'est montré moins vindicatif. La Ville de Québec n'a pas écrit à certaines entreprises pour les inciter à se dénoncer. «On ne leur écrira pas. Parce que légalement, il faut faire attention», a dit M. Labeaume la semaine dernière. «La justice est là, le gouvernement est là. Notre monde travaille là-dessus», a-t-il poursuivi, prudent. 

Ni la Ville de Lévis ni la Ville de Québec ne savent encore combien d'argent elles pourraient récupérer grâce à ce programme. 

Avec Valérie Gaudreau

Les 11 entreprises

Voici les 11 entreprises inscrites au programme de remboursement volontaire pour une quittance globale au 31 octobre 2016: 

BPR

CIMA +

Construction DAMC

Construction DJL

Construction Frank Catania

Construction IREBEC

Corporoche (Roche)

Groupe Dessau

Groupe SNC-Lavalin

Pavage CSF

Sintra

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer