Personne pour défendre Brière sur la colline

La ministre responsable de la Condition féminine, Lise... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

La ministre responsable de la Condition féminine, Lise Thériault, ne croit pas qu'un témoignage de sympathie ou de compassion aurait nui à l'enquête policière en cours. Mardi, M. Brière a dit qu'il ne pouvait pas s'exprimer publiquement en raison de cette enquête.

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Tous partis confondus, il ne s'est trouvé personne pour défendre le recteur Denis Brière et sa gestion de la crise des agressions dans les résidences de l'Université Laval, mercredi.

Sans accabler le recteur ni remettre en question l'importance qu'il accorde au dossier, aucun ministre libéral n'a endossé son silence radio de cinq jours avant une sortie publique.

La ministre responsable de la Condition féminine, Lise Thériault, ne croit pas qu'un témoignage de sympathie ou de compassion aurait nui à l'enquête policière en cours. Mardi, M. Brière a dit qu'il ne pouvait pas s'exprimer publiquement en raison de cette enquête.

La ministre de l'Enseignement supérieur, Hélène David, a éludé les questions sur la gestion du recteur. «Moi, j'ai voulu aller à l'Université Laval, a-t-elle indiqué. J'ai appelé et j'ai dit que je voulais rencontrer la communauté étudiante.» Elle a ajouté qu'elle n'était pas «responsable de l'agenda de M. Brière».

Elles sont par contre toutes les deux rassurées quant au soutien offert aux victimes de la fin de semaine dernière.

La porte-parole péquiste en matière de condition féminine, Mireille Jean, a plaidé en faveur d'une réaction rapide des autorités dans un cas comme celui-là. Autrement, le message envoyé donne l'impression qu'il ne s'agit pas d'un enjeu d'importance pour la direction. Son chef, Jean-François Lisée, reproche aux libéraux d'avoir sabré dans le financement d'organismes liés à la prévention des agressions sexuelles.

À la Coalition avenir Québec, le chef François Legault considère aussi que le recteur «aurait dû être présent» plus rapidement. «Je pense qu'il faut être présent médiatiquement quand il y a des problèmes de cette ampleur», a dit M. Legault. Il reproche également aux ministres libéraux de ne pas s'être présentés plus tôt sur le campus.

La députée solidaire Manon Massé a partagé sa préoccupation quant au retrait, il y a plusieurs années, des cours d'éducation sexuelle dans les écoles. «Est-ce que le recteur a fait tout ce qu'il pouvait? C'est sûr que c'est malheureux, a-t-elle dit. Mais, maintenant, il faut être beaucoup plus proactif et agir en amont.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer