Refus de transfusion: une mort, plusieurs questions

Éloïse Dupuis, 27 ans, a donné naissance à... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Éloïse Dupuis, 27 ans, a donné naissance à son premier enfant, quelques jours avant son décès.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le coroner se penche sur la mort d'Éloïse Dupuis, 27 ans, décédée au bout de son sang mercredi soir à l'Hôtel-Dieu de Lévis après des complications durant son accouchement. Selon des proches de la victime, témoin de Jéhovah, celle-ci n'aurait pas exprimé de refus à recevoir une transfusion sanguine, pratique médicale condamnée par ses croyances.

La jeune femme originaire de Sainte-Julienne, dans Lanaudière, mais résidant en Beauce avec son mari, également témoin de Jéhovah, avait choisi d'accoucher dans une maison de naissance. Le 6 octobre, après des complications, elle a toutefois été transférée à l'Hôtel-Dieu de Lévis, où l'on a procédé à une césarienne, puis à une hystérectomie (retrait de l'utérus) d'urgence. Malgré les complications, le nouveau-né serait en bonne santé. Jeudi, soit six jours plus tard, Éloïse Dupuis est décédée.

Durant ce laps de temps, les événements ne sont pas entièrement clairs. Et, secret professionnel oblige, l'Hôtel-Dieu de Lévis ne peut commenter le dossier.

Du côté d'amis très proches de la victime, on affirme que c'est la famille d'Éloïse, et non pas Éloïse elle-même, qui a refusé la transfusion sanguine. «Son mari a signé pour elle les papiers», assure Arianne Zélézen, qui n'adhère pas aux croyances des Témoins de Jéhovah.

Elle va même jusqu'à remettre en doute les réelles convictions religieuses de son amie. «Au départ, est-ce qu'elle aurait fait ce choix-là [de devenir témoin de Jéhovah]? C'est la famille qui a décidé.»

La jeune femme était à l'Hôtel-Dieu de Lévis lorsque son amie est décédée. C'est qu'après l'accouchement, elle avait trouvé étrange de ne voir aucune annonce ou photo de son nouveau-né sur le compte Facebook d'Éloïse. «Je me disais: "C'est pas normal".» Mercredi à 17h, soit six jours après l'accouchement, Arianne a finalement su que quelque chose n'allait pas. «On a fait trois heures et demie de route. On lui disait: "Attends-nous".»

À leur arrivée à l'hôpital, vers 22h30, la famille de la victime leur aurait refusé l'accès à la chambre. «La famille est contre les non-témoins [de Jéhovah]», et elle craignait que les amis d'Éloïse ne l'incitent à accepter la transfusion, témoigne-t-elle. «C'est là qu'elle est partie, à 22h40.»

À ce moment, «le médecin pleurait, les infirmières pleuraient. Le médecin a dit que c'était la première fois qu'on [l']empêchait» de prodiguer de tels soins, se rappelle Arianne. Elle ajoute avoir parlé à l'hôpital avec le père et le mari d'Éloïse Dupuis. Ce serait d'ailleurs de leur propre bouche qu'elle aurait appris le refus de la famille de procéder à une transfusion sanguine, et ce, sans l'avis de la principale intéressée.

Enquête

Est-ce que les informations étayées par Arianne Zélézen sont fondées? Éloïse Dupuis a-t-elle pu exprimer clairement son refus de recevoir une transfusion sanguine? L'enquête du coroner permettra d'en savoir davantage sur le suivi des événements ayant mené à la mort de la jeune mère.

La tante de la victime, Manon Boyer, compte quant à elle déposer une plainte pour négligence criminelle au Service de police de la Ville de Lévis.

Au Collège des médecins, on refuse de se prononcer sur ce cas précis, mais on affirme que toute personne consciente et apte a le droit de refuser un traitement médical. Dans le cas d'un patient inapte, «un mandataire peut consentir à des soins, mais ça devient un peu plus difficile», ajoute Caroline Langis, relationniste de presse au Collège des médecins.

Une philosophie à comprendre

Comment expliquer que devant une urgence médicale qui commande à l'hôpital une transfusion sanguine, un témoin de Jéhovah choisisse de refuser l'intervention?

Pour tenter de comprendre la philosophie derrière ce choix, le site officiel du mouvement religieux, JW.org, offre ces précisions: «Nos raisons sont religieuses, et non médicales. Tant l'Ancien que le Nouveau Testament commandent de s'abstenir de sang [...]. De plus, aux yeux de Dieu, le sang représente la vie [...]. Donc, par obéissance à Dieu et par respect pour lui, qui est à l'origine de toute vie, nous n'absorbons pas de sang.»

Le Soleil

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer