Peine sévère réclamée pour un multirécidiviste de l'alcool au volant

Le palais de justice de Québec... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le palais de justice de Québec

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) La Couronne a réclamé vendredi une peine de deux ans moins un jour d'emprisonnement contre Daniel Desjardins, 62 ans, un multirécidiviste de l'alcool au volant qui a plaidé coupable en août d'avoir percuté un autre véhicule dans un stationnement alors qu'il était ivre.

Au mois de mars, le résident de Lévis avait heurté une voiture en déplaçant la sienne dans le stationnement du Boule-O-Drome de Lévis. Il était ensuite rentré à l'intérieur de l'établissement, était ressorti avec une boîte et était tombé à la renverse après avoir mis la boîte dans le coffre de sa voiture. Un témoin était ensuite venu le mettre en garde de ne pas prendre le volant de son automobile.

Appelés sur les lieux, les policiers ont arrêté Desjardins, qui a avoué avoir avancé sa voiture dans le stationnement, ajoutant qu'il avait l'intention de prendre un taxi une fois qu'il aurait remis son matériel dans sa voiture après avoir organisé un banquet.

Antécédents graves

Il faut dire que même si l'acte en soi n'a pas causé de grands dommages, le dossier de Desjardins est particulier. L'homme d'affaires, propriétaire d'un restaurant de smoked meat à Lévis, avait une alcoolémie de plus du double de la limite permise, soit 203 milligrammes d'alcool par millilitre de sang.

Pour couronner le tout, il en est à sa sixième infraction en semblable matière, dont une en 1992 ayant causé la mort de Jean Houde, alors âgé de 27 ans. Son alcoolémie était alors de plus du triple de la limite permise, et il avait dû purger une peine de 15 mois d'emprisonnement pour son crime.

Vendredi, le procureur de la Couronne, Me Michel Bérubé, a déclaré au juge Christian Boulet que les peines précédentes imposées à Desjardins n'avaient visiblement pas eu l'effet escompté. «Il a causé la mort d'un autre membre de la collectivité et, malgré ça, il a récidivé trois fois! Manifestement, cet individu-là ne comprend pas.»

Citant quelques cas de jurisprudence, Me Bérubé a demandé au juge de condamner Desjardins à une peine de deux ans moins un jour d'emprisonnement assortie d'une ordonnance de probation de trois ans et d'une interdiction de conduire de cinq ans.

Thérapie

L'avocat de Desjardins, Me André Gaulin, n'était pas du tout sur la même longueur d'onde, évoquant le fait que son client venait de compléter une thérapie de cinq mois et demi en milieu fermé.

«Après sa conduite avec facultés affaiblies causant la mort, il a été abstinent durant sept ans. Il a fait l'erreur de se dire qu'il pouvait prendre une seule bière et il a recommencé. Là, après sa thérapie, il s'est dit qu'il fallait qu'il arrête complètement. Il a vu le bout du tunnel, il a réussi par la thérapie», a déclaré l'avocat, qualifiant son client de «cas particulier».

Daniel Desjardins, 62 ans, est un multirécidiviste de... (Le Soleil, Ian Bussières) - image 2.0

Agrandir

Daniel Desjardins, 62 ans, est un multirécidiviste de l'alcool au volant qui a plaidé coupable en août d'avoir percuté un autre véhicule dans un stationnement alors qu'il était ivre.

Le Soleil, Ian Bussières

Desjardins s'est lui-même rendu témoigner au sujet de son expérience en thérapie. «J'ai réussi à me livrer sur mon accident de 1992. J'avais passé par-dessus ça, j'avais foncé, travaillé, travaillé, car c'était tellement gros. En thérapie, j'ai relu les huit articles qui avaient été écrits sur moi. Dans notre tête, on ne voit pas ce qu'on fait», a-t-il expliqué.

Il a ajouté qu'il était fermement décidé à ne plus jamais consommer d'alcool. «Pour moi, l'alcool... Je n'ai plus l'intention de consommer, même si on ne peut jamais dire "jamais". J'ai renoué avec ma fille et je veux me prouver que je suis une bonne personne», a-t-il affirmé, se disant ouvert à tout suivi en thérapie dans le cadre d'une éventuelle probation.

Le juge Boulet a pris la cause en délibéré et rendra sa décision le 14 décembre.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer