Arrêté pour des menaces de mort sur YouTube contre le maire Lehouillier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Cloutier
Le Soleil

(Québec) Un homme de Lévis, Tommy Roseburry-Doré, a comparu jeudi pour avoir proféré des menaces de mort contre le maire de Lévis, Gilles Lehouillier. Même si c'est la seconde fois depuis l'an dernier qu'il est la cible de pareilles menaces, le maire refuse de «tomber dans une espèce de psychose».

La police de Lévis a arrêté l'individu de 27 ans, mercredi, à son domicile du boulevard Guillaume-Couture. Selon l'agente Guylaine Laflamme, l'homme aurait proféré ses menaces dans des vidéos diffusés sur Facebook et YouTube. Le maire n'est pas la seule personne touchée par les menaces. Du personnel infirmier de l'Hôtel-Dieu de Lévis et des enquêteurs du service de police sont aussi parmi ses cibles.

L'homme, qui a des antécédents en pareille matière, a comparu mercredi après-midi au palais de justice de Québec. Il fait face à cinq chefs d'accusation pour menaces de mort, harcèlement et non-respect des conditions de probation.

En marge d'une conférence de presse, le maire de Lévis a réagi avec calme, jeudi, à ces menaces de mort. «Je ne connais pas la personne comme telle qui a été interpellée, honnêtement. Mais, que voulez-vous, on est dans une société où ces choses-là peuvent arriver», a-t-il réagi.

Selon lui, la police doit être sur ses gardes et dans ce cas précis, elle a «bien fait son travail». Même s'il dit prendre toute menace au sérieux, le maire estime que dans des «fonctions d'élus, il faut être capable de relativiser les choses» et de «vivre avec ça».

Éviter la psychose

C'est la deuxième fois depuis qu'il a été élu maire de Lévis que M. Lehouillier est menacé de mort. Il avait reçu une lettre anonyme en janvier 2015 qui menaçait entre autres de «faire disparaître sa maison».

Depuis, la sécurité autour de son bureau à l'hôtel de ville a été renforcée, mais M. Lehouillier n'exige aucune protection rapprochée et n'a pas l'intention de le faire. «Il faut pas tomber dans une espèce de psychose où on exagère les situations. Ce sont quand même des cas extrêmement rares.»

La Couronne s'est opposée à la remise en liberté de Roseburry-Doré. Il doit revenir en cour dans les prochains jours pour son enquête sur remise en liberté.  Avec Jean-François Néron

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer