Écrasement fatal près de Fermont

Au total, trois hélicoptères ont été mobilisés pour... (Archives, Le Quotidien)

Agrandir

Au total, trois hélicoptères ont été mobilisés pour cette opération, dont deux d'Airmedic et un autre des Forces armées canadiennes.

Archives, Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un avion Cessna s'est écrasé dimanche après-midi, dans la région de la rivière Mouchalagane, au sud de Fermont, dans le nord du Québec. Des trois personnes à bord, deux ont péri et une autre est blessée gravement, mais son état est stable.

Selon le porte-parole de l'entreprise Airmedic, Aziz Fikri, le survivant souffrirait de brûlures importantes au corps. L'individu aurait été transporté d'urgence à l'hôpital de Sept-Îles, sur la Côte-Nord. Les équipes médicales décideront ensuite si le patient devra être transféré à un centre hospitalier de Québec ou de Montréal, a précisé le porte-parole. 

C'est un résident non loin du lieu de l'écrasement qui aurait contacté le centre des services d'urgence d'Airmedic vers 15h30 dimanche après-midi. Aussitôt, la compagnie a déployé un hélicoptère à partir de sa base à Saguenay. D'autres appareils des Forces armées canadiennes et de la Sûreté du Québec ont par la suite été appelés en renfort. 

L'opération de sauvetage a été difficile en raison du terrain accidenté. Le site de l'écrasement n'est d'ailleurs pas accessible par voie terrestre.

«L'hélicoptère Agusta 109 GN de la base opérationnelle de Saint-Hubert est aussi déployé en soutien s'il y a plus qu'une victime et pour soutenir l'hélicoptère et l'équipe médicale de Saint-Honoré et aussi vu que ça sera une mission qui va nécessiter de l'équipement spécialisé pour le vol de nuit [lunettes de vision nocturne] et agir comme un relais pour transporter la ou les victimes au centre hospitalier», a indiqué le porte-parole. 

Pas d'endroit sécuritaire

Le déploiement d'autres appareils s'est ensuite effectué rapidement. À 16h20, Airmedic a fait appel à un hélicoptère de sa base de Saint-Honoré. Après une courte escale de ravitaillement à la base Manouanis, celui-ci serait arrivé sur les lieux à 18h30, mais a dû rebrousser chemin puisqu'il n'avait aucun endroit sécuritaire pour se poser.  

Au total, trois hélicoptères ont été mobilisés pour cette opération, dont deux d'Airmedic et un autre des Forces armées canadiennes. La Sûreté du Québec aurait aussi participé aux opérations de secours. 

À 18h30, l'hélicoptère Airmedic qui était parti du Saguenay aurait dépêché sur place une équipe de soin pour porter secours au seul survivant. «Nous avons aussi demandé aux Forces armées canadiennes de parachuter des médics pour donner un coup de main... il semble que c'est dangereux et ne peuvent mettre en danger la vie des médics», a précisé M. Fikri par voie de communiqué. 

Les équipes sur le terrain auraient par la suite envisagé de remonter le survivant à bord de l'hélicoptère alors que celui-ci était en mode stationnaire, mais cette opération aurait été jugée trop dangereuse. Finalement, le blessé a été hissé à bord de l'appareil à l'aide d'un treuil des Forces armées, puis l'équipe s'est dirigée aussitôt vers Sept-Îles. 

Les causes de l'écrasement demeurent inconnues, tout comme l'identité des victimes. Il a été impossible de joindre le Bureau de la sécurité des transports (BST) dimanche soir pour connaître si un enquêteur allait était dépêché sur les lieux de l'écrasement. 

La mission de sauvetage a été coordonnée par Airmedic, une entreprise de la région de Montréal, puisque l'un de ses membres était impliqué dans l'accident.  Avec La Presse canadienne

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer