Robert Laramée dans une maison de transition de Québec

Âgée de 10 ans, Jolène Riendeau est disparue en... (Archives La Presse)

Agrandir

Âgée de 10 ans, Jolène Riendeau est disparue en avril 1999. Ses restes ont été retrouvés en 2011, sous un pilier du pont de l'île des Soeurs, à Pointe-Saint-Charles. Robert Laramée était devenu le suspect numéro un sans jamais avoir été accusé.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Plus rien n'empêche Robert Laramée, principal suspect du meurtre de Jolène Riendeau, de sortir de prison malgré un risque élevé de récidive. Le délinquant à contrôler passera la prochaine année dans une maison de transition de Québec au terme d'une peine pour des crimes violents envers deux ex-conjointes. Il traîne aussi avec lui un lourd passé d'agressions sexuelles, dont certaines commises sur des mineures.

L'affaire Jolène Riendeau est tristement célèbre. La fillette de 10 ans a été portée disparue en avril 1999. Ses restes ont été retrouvés enterrés en 2011 près d'un pilier du pont de L'Île-des-Soeurs. Ils se trouvaient à deux kilomètres de la maison qu'elle habitait à Pointe-Saint-Charles à Montréal. Un voisin de l'époque, Robert Laramée, est devenu le suspect numéro un sans jamais avoir été accusé. Il a toujours nié son implication, mais a refusé de passer le test du polygraphe.

En 2012, il faisait les manchettes de nouveau pour une cause d'agression sexuelle, de voies de fait et de séquestration envers deux ex-conjointes. La mère de Jolène Riendeau, Dolorès Soucy, lui avait alors asséné un coup à la tête au palais de justice, pensant qu'il avait quelque chose à voir avec le meurtre de sa fille.

En 2013, Laramée était reconnu coupable des chefs de voies de fait et de séquestration seulement. En 2015, il se faisait refuser une libération conditionnelle à cause de sa dangerosité. Il a maintenant complété une peine de trois ans et trois mois pour ces crimes dont le descriptif fait frémir. «Selon le rapport de police, vous avez commencé à étrangler une victime [...] vous l'avez étouffée en plaçant une main sur sa bouche, tout en lui serrant le nez [...] vous lui avez placé un couteau sur la gorge tout en poursuivant la relation sexuelle», écrit la Commission des libérations conditionnelles.

Cas lourd

Les déviances sexuelles et les actes de violence de l'accusé remontent à plusieurs années, notent les commissaires. En 1986, il était inculpé de voies de fait et d'agressions sexuelles sur une adulte et deux enfants de 5 et 10 ans. Robert Laramée a toujours minimisé ses délits et démontre peu de remords ou d'empathie envers ses victimes, allant jusqu'à se placer lui-même comme victime. Jusqu'à tout récemment, il refusait toute thérapie. 

Les plus récents rapports psychiatriques relèvent que le délinquant est à risque de récidive élevé de commettre un délit sexuel ou violent. Robert Laramée est décrit comme un homme avec un trouble sévère de la personnalité et des traits antisociaux et narcissiques. 

En 2013, il a reçu un diagnostic de paraphilie, relevant à la fois du sadisme sexuel et de la pédophilie, selon les victimes. Compte tenu de ses antécédents et de son profil psychologique, «un élargissement dans la communauté, sans traitement spécialisé, serait prématuré et mettrait la sécurité du public en danger», estiment les commissaires. Laramée a complété un premier programme préparatoire pour délinquants sexuels. Quelques progrès sont constatés, mais il y a «encore beaucoup de travail à faire».

En transition pour un an

Sa peine d'incarcération terminée, il peut retourner vivre en société, ou presque. Le Soleil a appris qu'il est actuellement dans une maison de transition de Québec pour une période d'un an, plutôt que les six mois initialement prévus. Une condition spéciale étant donné la lourdeur du cas.

Laramée doit retourner chaque soir à l'établissement désigné, doit suivre les traitements proposés, ne peut se trouver en présence de personnes de moins de 16 ans sans un adulte qui connaît ses antécédents et il doit déclarer toute fréquentation ou relation intime. Il fait l'objet d'une ordonnance de surveillance de longue durée pour une période de 10 ans.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer