La communauté journalistique dénonce la perquisition au Journal de Montréal

Une perquisition a été menée par la Sûreté... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Une perquisition a été menée par la Sûreté du Québec, mercredi soir, au Journal de Montréal.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Saint-Arnaud
La Presse Canadienne
Montréal

La classe politique ajoute sa voix à celle de la communauté journalistique pour réclamer une protection des sources d'information.

Au lendemain de la perquisition menée par la Sûreté du Québec, mercredi soir au Journal de Montréal, et la saisie de l'ordinateur de son reporter judiciaire Michaël Nguyen, l'Assemblée nationale a adopté à l'unanimité, jeudi, une motion à l'effet «Que l'Assemblée nationale rappelle l'importance du respect du principe de protection des sources journalistiques».

Cette motion a été présentée par le député caquiste Simon Jolin-Barrette, avec l'appui du péquiste Maka Kotto et de la députée de Québec solidaire Manon Massé.

La perquisition faisait suite à une plainte du Conseil de la magistrature, selon qui le journaliste aurait eu accès illégalement à des documents confidentiels.

Le Conseil cherche apparemment à connaître la source des informations qui ont permis à M. Nguyen de rapporter que la juge Suzanne Vadboncoeur aurait eu un comportement disgracieux à l'endroit de constables spéciaux du palais de justice de Montréal à la suite d'un souper de Noël en décembre 2015.

La magistrate fait d'ailleurs l'objet d'une plainte au Conseil de la magistrature pour son comportement.

Aucune accusation

Le journaliste Michaël Nguyen, lui, ne fait l'objet d'aucune accusation.

«Michaël n'a brisé aucune loi pour avoir ces informations», a affirmé catégoriquement le directeur de l'information du Journal de Montréal, George Kalogerakis, en entrevue avec La Presse canadienne.

«Ils allèguent qu'on a brisé la loi, mais on peut prouver qu'on n'a brisé aucune loi en traitant cette histoire et, au-delà de ça, c'est important pour nous de contester le mandat de perquisition juste sur le principe», a-t-il ajouté.

L'ordinateur de Michaël Nguyen a d'ailleurs été mis sous scellé et ne pourra être consulté avant que cette contestation ne soit entendue.

M. Kalogerakis a par ailleurs déclaré que le quotidien ne permettrait jamais que des démarches puissent en venir à démasquer ou punir des sources de ses journalistes.

Il a fait valoir que Michaël Nguyen a simplement fait son travail en traitant d'un sujet qui est bel et bien d'intérêt public, la population étant en droit de savoir comment ses représentants se comportent.

Démarche inacceptable, selon l'avocat du Journal

L'avocat du Journal de Montréal, Me Bernard Pageau, a pour sa part qualifié d'inacceptable la démarche policière, affirmant que toute perquisition dans un média d'information constitue une entorse à la liberté de presse et à la démocratie.

Dans les heures suivantes, la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) a fait écho à ces propos et pressé la SQ de rendre l'ordinateur au journaliste Michaël Nguyen et de renoncer à en analyser le contenu.

«Pour la FPJQ, c'est inadmissible tout simplement de perquisitionner des journalistes ou des médias d'information si l'objectif est de démasquer leurs sources, parce que démasquer les sources, c'est en quelque sorte de l'intimidation à l'endroit des journalistes et à l'endroit des sources», a expliqué son président par intérim, Jean-Thomas Léveillé, en entrevue téléphonique.

Cas «Ma Chouette»

La FPJQ rappelle au passage que la Cour suprême a elle-même reconnu l'intérêt de protéger les sources des journalistes, notamment dans l'affaire «Ma Chouette», du nom de l'informateur qui a permis au reporter Daniel Leblanc d'exposer au grand jour le scandale des commandites au gouvernement fédéral au début des années 2000.

«La Cour suprême a aussi dit que ce n'est pas la responsabilité des journalistes si une de leurs sources a enfreint un engagement de confidentialité quelconque; si l'information était d'intérêt public, le journaliste n'a pas à être perquisitionné et n'a pas à se faire questionner sur la provenance de son information», a ajouté M. Léveillé.

Cette question est d'actualité, puisque la perquisition au Journal de Montréal s'inscrit dans une série de tentatives des autorités diverses de traquer des sources au sein de leurs organisations lorsque des informations d'intérêt public divulguées par des lanceurs d'alerte internes font la manchette.

«Nous sommes très inquiets à la FPJQ de voir les autorités s'en prendre à des journalistes pour tenter d'identifier leurs sources (...) ainsi que par les chasses aux sorcières, cette volonté qu'ont les autorités de trouver les sources de journalistes, de savoir qui dénonce une situation qui est pourtant d'intérêt public», a ajouté M. Léveillé.

Il rappelle au passage que les journalistes ne sont pas des informateurs de la police et les corps policiers ne doivent pas se servir des journalistes pour accomplir leurs enquêtes.

Pour sa part, le député Jolin-Barrette a ainsi justifié le dépôt de sa motion en point de presse: «Le travail journalistique, c'est le quatrième pouvoir de notre société, et c'est important de s'assurer, si on veut avoir une société qui est libre et démocratique, de protéger la confidentialité des sources journalistiques.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer