Alain Perreault trompé de A à Z par son ami

Alain Perreault a côtoyé presque tous les jours... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Alain Perreault a côtoyé presque tous les jours pendant trois mois et demi l'agent double du nom fictif de Jimmy, d'octobre 2009 à 2010. Jimmy a témoigné mardi au palais de justice de Québec.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Jimmy* ferme son poing gauche et l'enserre avec sa main droite. Alain Perreault est content; par ce signe fraternel, il sait qu'il fait maintenant partie de la famille.

L'agent double que nous appellerons Jimmy a passé trois mois et demi à côtoyer Perreault presque tous les jours, d'octobre 2009 à 2010.

C'est son patron immédiat dans l'organisation et, bientôt, un ami et un confident pour celui qui est soupçonné du meurtre de Lyne Massicotte.

Ils se rencontrent la première fois au restaurant East Side Mario's de Drummondville. Perreault explique qu'il est séparé, qu'il voit sa fille une fin de semaine sur deux. Ils se séparent sur le stationnement. Jimmy promet de le rappeler bientôt. 

Jimmy a expliqué au jury de ce second procès qu'il a rapidement reçu de multiples confidences de celui qu'il appelle tour à tour «Alain» et «M. Perreault».

Dès leur deuxième rencontre, après avoir livré une cargaison d'appareils électroniques à Saguenay, Perreault aborde la disparition de Lyne Massicotte, survenue six ans plus tôt. Tout en mangeant avec un bel appétit, Perreault explique à Jimmy que l'affaire a fait les manchettes et qu'on l'a fait passer pour le tueur. Depuis, il a perdu son emploi de technicien en informatique chez Info-Clic et vit de l'aide sociale.

Jimmy lui demande s'il est intéressé à continuer à travailler pour lui. Alain Perreault, enthousiaste, accepte de l'appeler chaque matin à 9h pour vérifier s'il y a du boulot pour lui.

Quelques semaines plus tard, lorsque Jimmy a besoin de lui pour des tâches illicites, Perreault est partant. Les deux conviennent d'un code : Jimmy parlera d'une cargaison «fragile» lorsque Perreault doit, par exemple, transporter des bouteilles d'alcool.

Si jamais il se fait intercepter par la police, Perreault jure qu'il niera tout. «C'est plus facile de nier quelque chose que tu as fait que quelque chose que tu n'as pas fait», expliquera-t-il à un Jimmy qui se questionne sur le sens des propos.

Mise en garde du juge

À ce moment, le juge Richard Grenier a mis en garde les jurés, rappelant que ce n'est pas parce qu'Alain Perreault a commis des crimes pour une fausse organisation qu'il est plus susceptible d'être coupable de celui pour lequel il subit son procès.

Alain Perreault est attentif dans son travail et toujours volontaire. Il veut plaire à son patron. «Je ne te décevrai pas», lance Perreault à Jimmy, alors que l'organisation planifie d'aller chercher des explosifs.

Au fil des «jobs», Alain Perreault, volubile et enjoué sauf lorsqu'il s'ennuie de sa fille, se livre toujours un peu plus. Il raconte à Jimmy ses séances de clavardage avec des femmes. Ses «vieux trucs» de séduction fonctionnent encore, confie-t-il à son ami, alors qu'il anticipe une soirée torride avec une fille.

Un soir, dans un bar de danseuses de Mirabel, Jimmy paye une danse dans l'isoloir à Perreault. Joyeux, Perreault lancera à son ami que dorénavant, Jimmy fait partie de sa vie, comme sa fille et sa mère.

Alain Perreault évoque à nouveau Lyne Massicotte le 29 octobre 2009, lorsqu'il passe à côté de Chambly, en route pour Sherbrooke. «C'est d'ici qu'elle venait celle qui a disparu», glisse-t-il à son compagnon.

Au début décembre, Perreault et un autre membre du faux gang criminel arrivent en retard à un rendez-vous avec Jimmy. L'autre employé ment sur la raison du retard, mais sera vite dénoncé par Perreault, loyal envers son patron. «Je lui ai dit que c'était la fois où j'étais le plus fier de lui et qu'entre nous deux, ce sera toujours la vérité», a témoigné Jimmy.

Jimmy continuera de resserrer ses liens avec Alain Perreault jusqu'au 13 janvier 2010, date à laquelle il conduira le suspect au grand patron, le fameux Mister Big, dans un hôtel de Trois-Rivières. C'est là qu'Alain Perreault avouera avoir commis le meurtre de Lyne Massicotte.

Le coût des Mister Big a explosé

Le coût des opérations Mister Big a littéralement explosé depuis l'époque de l'arrestation d'Alain Perreault. Le public et les criminels étant mieux informés de la technique d'infiltration, les corps de police doivent parfois allonger jusqu'à 500 000 $ pour coincer un suspect.

Steve*, l'agent d'infiltration qui a fait l'approche auprès d'Alain Perreault à l'automne 2009, a plus de 75 opérations Mister Big à son actif. Le policier de la GRC, qui a témoigné derrière un paravent pour être à l'abri des regards du public, se rappelle que l'opération visant Alain Perreault avait coûté moins de 100 000 $ pour réaliser 41 scénarios en trois mois et demi.

Tout récemment, Steve a participé à une opération Mister Big ailleurs au Canada qui a coûté 375 000 $ et s'est étirée sur 75 scénarios. Cette somme couvre les salaires des policiers et les heures supplémentaires ainsi que les locations de chambres d'hôtel, les véhicules, les repas, etc.

C'est qu'avec la multiplication des procès découlant des Mister Big et le débat en Cour suprême sur la légalité des opérations, le public en général est devenu au courant de la technique. Et donc, les suspects potentiels aussi, indique Steve.

Pour monter de toutes pièces une fausse organisation criminelle et qu'elle soit crédible, les policiers doivent élaborer des scénarios toujours plus sophistiqués et plus coûteux. Il faut aussi déplacer les suspects plus loin, indique l'agent double.

Un autre agent a indiqué au jury, lundi, que par exemple, le scénario de transport des diamants dans une bouteille de vin, utilisé notamment avec Perreault, ne se fait plus car il a été trop médiatisé.

Il n'est pas rare qu'une opération Mister Big coûte aujourd'hui jusqu'à 500 000 $, indique l'agent double.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer