Procès d'Alain Perreault: images de viols et infos sur les meurtres

Alain Perreault, photographié par Le Soleil en 2004,... (Photothèque Le Soleil, Steve Deschênes)

Agrandir

Alain Perreault, photographié par Le Soleil en 2004, a toujours été considéré par la police de Québec comme le principal suspect dans la disparition de Lyne Massicotte.

Photothèque Le Soleil, Steve Deschênes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Alain Perreault aurait téléchargé des images pornographiques de viols avant la visite de Lyne Massicotte et consulté les articles du Code criminel concernant l'outrage à un cadavre et le meurtre après sa disparition.

Ce sont les conclusions livrées vendredi au procès devant jury par l'enquêteur aux crimes technologiques de la Sûreté du Québec, Alain Bouffard.

En 2003, le policier Bouffard a passé au peigne fin les ordinateurs de Lyne Massicotte et d'Alain Perreault pour trouver des éléments pertinents à l'enquête.

Il a indiqué que, dans la nuit du 16 au 17 juillet 2003, plusieurs fichiers pornographiques de viols ont été téléchargés sur l'ordinateur d'Alain Perreault. Les bannières des sites Web consultés ne laissent place à aucune interprétation : «best rape», «sick rape», etc.

Le policier a aussi trouvé qu'à 20h54, Alain Perreault a envoyé un courriel à Lyne Massicotte pour la remercier de sa visite. «J'espère que tu as passé une bonne soirée et que le voyage de retour a bien été», écrit-il notamment.

Perreault a affirmé aux policiers que la femme de 43 ans était partie de chez lui vers 18h.

Dans la soirée du 18 juillet, l'enquêteur Bouffard a pu voir sur l'ordinateur d'Alain Perreault que le site du ministère de la Justice du Canada avait été visité. Les articles du Code criminel traitant du meurtre et de l'outrage à un cadavre ont été consultés. Par la suite, des sites Web traitant de la marche à suivre en cas de disparition ont aussi été visités.

La Couronne allègue qu'après avoir étranglé Lyne Massicotte, Alain Perreault a tenté d'avoir une relation sexuelle avec son cadavre.

L'expert a noté qu'environ 8000 fichiers enregistrés entre le 15 et le 20 juillet 2003 sur l'ordinateur d'Alain Perreault avaient été effacés.

Au moment de la visite de Lyne Massicotte, Alain Perreault vivait seul dans son logement d'une pièce et demie rue Mont-Thabor, dans Limoilou.

En contre-interrogatoire, Me Stéphane Beaudoin a voulu savoir si le policier avait la preuve qu'Alain Perreault avait visionné les images pornographiques. «Je sais que les fichiers ont été créés, édités et enregistrés», a répondu Alain Bouffard.

L'accusé Alain Perreault, lui-même technicien en informatique avant son arrestation, a écouté les réponses du policier avec un sourire sarcastique.

Dès lundi, les 12 jurés entendront l'un après l'autre les quatre agents d'infiltration qui ont piégé Alain Perreault lors de l'opération Mister Big.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer