Alain Perreault entame son second procès

Alain Perreault a été reconnu coupable du meurtre... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Alain Perreault a été reconnu coupable du meurtre de Lyne Massicotte, survenu en 2003.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le second procès d'Alain Perreault pour le meurtre de Lyne Massicotte, une femme de Chambly rencontrée sur Internet, s'ouvre aujourd'hui à Québec.

Le juge Richard Grenier de la Cour supérieure, chargé d'entendre la cause, a déjà annoncé que contrairement à la coutume, il ne ferait aucun mystère devant les jurés qu'il s'agit d'un deuxième procès. Il invitera tout simplement les jurés à ne pas tenir compte du résultat du premier procès, qui s'est tenu en 2011.

La sélection des 12 jurés sera la toute première étape d'un processus qui prendra une partie de l'automne.

Une fois les jurés choisis, ces citoyens seront retournés à leurs occupations habituelles pour quatre semaines.

Les parties auront en effet besoin de ce délai pour débattre, seulement devant le juge Richard Grenier, de l'admissibilité de plusieurs éléments de preuve. Cet exercice est devenu incontournable à la suite de décisions de la Cour suprême du Canada sur les opérations de type «Mister Big», comme celle qui a permis l'arrestation d'Alain Perreault par la police de Québec en 2009.

Une fois le débat préalable terminé, le procès s'amorcera devant jury pour au moins quatre semaines. La procureure de la Couronne Me Lyne Morais, la même qui avait mené la poursuite lors du premier procès, tentera de prouver hors de tout doute raisonnable qu'Alain Perreault, aujourd'hui âgé de 54 ans, a commis le meurtre au premier degré de Lyne Massicotte le 17 juillet 2003 à Québec. Me Morais sera accompagnée cette fois-ci d'un autre procureur d'expérience, Me Thomas Jacques. 

Alain Perreault sera à nouveau défendu par Me Stéphane Beaudoin, qui s'est adjoint les services de son collègue Me Julien Bolduc.

L'accusé sera détenu durant son procès; il a en vain tenté le printemps dernier de convaincre la Cour supérieure de le remettre en liberté sous conditions. Il proposait notamment d'aller passer les premiers jours chez sa mère, dans une résidence pour personnes âgées. Le juge Richard Grenier a refusé sa demande, estimant que la détention du requérant était nécessaire.

Plus de candidats jurés

Vu la grande médiatisation du dossier Perreault, la shérif a convoqué 350 candidats jurés, pas loin du double du nombre habituellement sollicité.

Les lettres ont été envoyées par courrier ordinaire à la fin du mois de juillet. La loi prévoit que les candidats jurés doivent être convoqués au minimum 30 jours avant le début du procès.

Lors du dernier procès devant jury à Québec, seulement 62 des 150 citoyens convoqués s'étaient présentés au palais de justice de Québec. Les déserteurs s'étaient attiré les foudres du juge et une douzaine ont fait l'objet de mandats d'arrestation. Une poignée ont été condamnés pour outrage au tribunal.

Rappel des faits

  • 29 septembre 2009 au 13 janvier 2010 : Opération Mr Big. Perreault est intégré dans une fausse organisation criminelle formée d'agents doubles. Afin de rester dans le gang, il va avouer au patron, le fameux Mr Big, qu'il a étranglé Lyne Massicotte
  •  11 février 2011 : Alain Perreault est reconnu coupable de meurtre au premier degré.
  • 23 octobre 2014 : La Cour suprême renvoie la cause Perreault en Cour d'appel.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer