Procès de Nathalie Normandeau: «Vous m'écouterez le 6»

  • L'ex-vice-première ministre Nathalie Normandeau, accusée de fraude, corruption et abus de confiance, est apparue pour la première fois devant le tribunal lundi, au palais de justice de Québec. (Le Soleil, Patrice Laroche)

    Plein écran

    L'ex-vice-première ministre Nathalie Normandeau, accusée de fraude, corruption et abus de confiance, est apparue pour la première fois devant le tribunal lundi, au palais de justice de Québec.

    Le Soleil, Patrice Laroche

  • 1 / 10
  • Nathalie Normandeau (au centre) et Me Maxime Roy (à droite), au palais de justice de Québec, le 29 août (Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    Nathalie Normandeau (au centre) et Me Maxime Roy (à droite), au palais de justice de Québec, le 29 août

    Le Soleil, Yan Doublet

  • 2 / 10
  • Nathalie Normandeau (à droite) et Me Maxime Roy (au centre), au palais de justice de Québec, le 29 août ()

    Plein écran

    Nathalie Normandeau (à droite) et Me Maxime Roy (au centre), au palais de justice de Québec, le 29 août

  • 3 / 10
  • Marc-Yvan Côté (à gauche), et Me Jacques Larochelle, au palais de justice de Québec, le 29 août (Le Soleil, Patrice Laroche)

    Plein écran

    Marc-Yvan Côté (à gauche), et Me Jacques Larochelle, au palais de justice de Québec, le 29 août

    Le Soleil, Patrice Laroche

  • 4 / 10
  • France Michaud, au palais de justice de Québec, le 29 août (Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    France Michaud, au palais de justice de Québec, le 29 août

    Le Soleil, Yan Doublet

  • 5 / 10
  • Mario Martel, au palais de justice de Québec, le 29 août (Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    Mario Martel, au palais de justice de Québec, le 29 août

    Le Soleil, Yan Doublet

  • 6 / 10
  • François Roussy, au palais de justice de Québec, le 29 août (Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    François Roussy, au palais de justice de Québec, le 29 août

    Le Soleil, Yan Doublet

  • 7 / 10
  • Ernest Murray, au palais de justice de Québec, le 29 août (Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    Ernest Murray, au palais de justice de Québec, le 29 août

    Le Soleil, Yan Doublet

  • 8 / 10
  • Bruno Lortie, au palais de justice de Québec, le 29 août (Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    Bruno Lortie, au palais de justice de Québec, le 29 août

    Le Soleil, Yan Doublet

  • 9 / 10
  • Me René Verret, au palais de justice de Québec, le 29 août (Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    Me René Verret, au palais de justice de Québec, le 29 août

    Le Soleil, Yan Doublet

  • 10 / 10

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Apparaissant pour la première fois devant le tribunal lundi, l'ex-vice-première ministre Nathalie Normandeau, accusée de fraude, corruption et abus de confiance, n'a pas voulu parler aux médias après l'audience et les a plutôt invités à écouter sa nouvelle émission sur BLVD FM 102,1.

Répondant à la demande d'un journaliste qui s'informait à savoir si elle allait parler, Mme Normandeau a répondu par la négative. «Non, Maxime [Roy, son avocat] ne veut pas! Vous m'écouterez le 6, j'aurai des choses à dire», a-t-elle laissé tomber en faisant référence à sa nouvelle émission dans la case horaire du retour.

«Vous aurez des choses à dire sur ça?» a demandé un autre journaliste en faisant référence à la cause dans laquelle elle est accusée. «Peut-être...» a répondu l'ex-ministre.

C'est le visage impassible que Mme Normandeau avait fait son entrée dans le tribunal, au côté de son avocat. Elle comparaissait avec Marc-Yvan Côté, François Roussy, Mario Martel, France Michaud, Bruno Lortie et Ernest Murray, ses six coaccusés dans cette affaire de fraude, corruption et abus de confiance mise au jour par l'Unité permanente anticorruption.

Fixer une date

La conférence préparatoire visait à fixer la date de leur enquête préliminaire. Le juge Jean-Louis Lemay a toutefois consenti à un report au 28 septembre, histoire de donner à la Couronne et à la défense le temps de clarifier certains éléments qui pourraient permettre de raccourcir les procédures lors de l'enquête préliminaire.

D'entrée de jeu, les avocats des accusés et la Couronne avaient d'ailleurs indiqué au juge qu'ils avaient échangé concernant la liste des témoins et la liste des admissions réclamées par la poursuite. «Il reste cependant certains éléments à régler», avait cependant précisé l'avocat de Nathalie Normandeau, Me Maxime Roy, dévoilant qu'il prévoyait pour l'instant une durée de six semaines pour l'enquête préliminaire.

«Cependant, on pourrait réduire cette durée à trois ou quatre semaines en réévaluant la durée de certains contre-interrogatoires et en revoyant certaines demandes de divulgation», a-t-il précisé. La défense souhaitait également savoir lesquelles, parmi les nombreuses pièces déposées par la Couronne, allaient être déposées en preuve lors de l'enquête préliminaire.

Même s'il a accepté le report, le juge Lemay a insisté sur le fait qu'il s'attendait à ce que des efforts soient faits de part et d'autre pour déterminer la durée exacte de l'enquête préliminaire lors de la prochaine audience. «Ce n'est pas l'idéal de réserver six semaines pour ensuite réduire à trois semaines», a-t-il fait remarquer.

«Également, je comprends vos craintes et je vous rassure en disant que de reporter de quelques semaines la cause ne mettra pas en danger la possibilité d'avoir une date pour l'enquête préliminaire en 2017. Nous aurons les ressources nécessaires.»

Le procureur de la Couronne, Me Claude Dussault, a pour sa part accepté de fournir à la défense une liste préliminaire non définitive des pièces qui seront déposées avant la prochaine audience.

Présence requise

Les avocats de la défense n'ont toutefois par réussi à convaincre le juge Lemay de dispenser leurs clients de se présenter lors de la suite de cette conférence de gestion. «Ça sert à quoi de les avoir dans la salle sauf pour les faire parader un peu?» a questionné l'avocat de Marc-Yvan Côté, Me Jacques Larochelle, en faisant référence aux nombreux médias présents pour assister à cette première comparution des accusés.

«Le but n'est pas de faire une parade, mais bien de permettre aux prévenus d'assister aux procédures. Mon expérience m'enseigne que quand ils ne sont pas présents, souvent il y a des reports», a répondu le magistrat.

L'avocat de France Michaud, Me Charles Levasseur, a tenté sa chance lui aussi, souhaitant permettre à sa cliente de vaquer à ses occupations. «C'est une exigence», a insisté le juge en parlant de sa présence en cour. «Et ne me faites pas la même demande les sept, les uns après les autres», a-t-il ajouté, coupant court aux autres requêtes de même nature.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer