Coupable de s'être exhibé par des fenêtres dans Sainte-Foy

Steven Verreault a été reconnu coupable d'avoir exhibé ses... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Steven Verreault a été reconnu coupable d'avoir exhibé ses parties génitales et de s'être masturbé devant les fenêtres d'un immeuble d'appartements de Sainte-Foy.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Le juge Christian Boulet a rendu un verdict de culpabilité vendredi dans le dossier de Steven Verreault, un homme de 27 ans de Boischatel accusé d'avoir exhibé ses parties génitales et de s'être masturbé devant les fenêtres d'un immeuble d'appartements de Sainte-Foy.

Le plaignant dans ce dossier avait aperçu Verreault se livrer à son manège à quelques reprises dans le voisinage et avait entrepris de le prendre sur le fait. Vers 22h, le 28 août 2015, il l'aperçoit «en pleine action» accroupi devant une fenêtre de son immeuble et le prend en photo. Verreault se lève et lui met son poing à la figure avant de quitter les lieux.

L'homme revoit ensuite Verreault faire la même chose quelques jours plus tard devant une autre fenêtre, le reconnaît et communique immédiatement avec la police. Lors de l'arrivée des policiers, Verreault était toujours accroupi devant la fenêtre. Interpellé par ceux-ci, il déclare spontanément qu'il n'était pas en train de se masturber.

«invraisemblances»

Le juge Boulet n'a pas du tout cru la version de Verreault, qui prétendait être allé parler à un ami qui habitait l'immeuble afin de l'aider dans ses études le soir où il a été vu accroupi devant la fenêtre. Verreault disait que le plaignant le suivait et tentait de le prendre en photo pour ensuite le menacer de publier les photos sur le réseau social Facebook s'il ne lui donnait pas une somme d'argent.

Il avait ajouté que c'est dans un geste de dérision, parce que le plaignant l'aurait accusé à tort de se masturber, qu'il aurait détaché sa ceinture et lancé : «C'est ça que tu veux voir?» Finalement, il prétendait n'avoir jamais frappé le plaignant, mais plutôt avoir tenté de lui enlever son téléphone cellulaire.

Après vérification par la police, le locataire du logement que Verreault prétendait être allé visiter pour l'aider dans ses études ne portait pas le même nom que celui donné par Verreault et ne le connaissait pas.

Les policiers ont même appris que Verreault serait allé le voir afin de tenter de le soudoyer afin qu'il signe un document attestant qu'ils se connaissaient et qu'il s'était rendu chez lui pour l'aider dans ses études. Il menaçait même de le dénoncer à la police pour possession de cannabis s'il ne signait pas le document.

«La version de la défense est truffée d'invraisemblances [...] Je vous trouve coupable des trois chefs», a déclaré le juge Boulet en faisant référence aux accusations de voies de fait, d'avoir rôdé durant la nuit sur la propriété d'autrui et d'avoir commis une action indécente dans un endroit public. Les observations sur la peine ont été fixées au 26 septembre dans cette cause.

La police de Québec a également invité toute personne qui aurait pu avoir conscience d'autres gestes de même nature commis par Verreault à communiquer avec elle au 418 641-2447. Tout renseignement sera traité de façon confidentielle.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer