La prison pour un chauffard coupable de la mort d'une mère de famille

Dany Girard a suivi deux programmes de réhabilitation... (Collaboration spéciale Fanny Lévesque)

Agrandir

Dany Girard a suivi deux programmes de réhabilitation depuis son incarcération.

Collaboration spéciale Fanny Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Fanny Lévesque</p>
Fanny Lévesque

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Sept-Îles) Un jeune chauffard de Sept-Îles prend le chemin du pénitencier pour avoir causé la mort d'une mère de famille et blessé gravement son poupon en novembre 2014, dans un accident de la route près de Port-Cartier.

Dany Girard, 22 ans, écope de 33 mois de prison, a tranché mardi la Cour du Québec, pour avoir conduit dangereusement une voiture qu'il avait volée plus tôt. Le contrevenant s'est endormi au volant avant de bifurquer de sa voie pour percuter de plein fouet l'auto dans laquelle prenait place Érika St-Gelais, 28 ans, de Sept-Îles, son bébé et son conjoint. 

La maman est décédée sur le coup et le petit, âgé d'à peine six mois à l'époque, a subi un traumatisme crânien ainsi qu'une commotion cérébrale. Le conjoint de Mme St-Gelais, qui était au volant, n'a pas été blessé. La violente collision est survenue dans la nuit du 4 novembre 2014, dans une courbe de la route 138.

La preuve a démontré que Girard avait fait preuve de «témérité» en conduisant avec les facultés affaiblies par la fatigue. Peu de temps avant l'accident, il avait d'ailleurs «cogné des clous», mais a choisi de poursuivre sa route. Un jeune de 20 ans se trouvait également avec lui à bord, mais s'est aussi endormi avant le drame. 

La juge Louise Gallant a accueilli la suggestion commune des procureurs en condamnant le jeune homme à 42 mois de prison, moins les neuf mois déjà purgés le temps des procédures. Girard avait plaidé coupable aux deux chefs d'accusation de conduite dangereuse et à ceux de vol et de non-respect des conditions de probation. 

«Une tragédie» 

Avant de prononcer la sentence, la juge Gallant a tenu à s'adresser à la famille d'Érika St-Gelais, présente mardi au palais de justice de Sept-Îles. «C'est une tragédie qui a frappé votre famille, il y a deux ans [...] Peu importe la décision d'aujourd'hui, elle ne remplacera pas la perte d'un être cher», a-t-elle dit. 

La juge a poursuivi en souhaitant tout le courage nécessaire aux proches, dont certains ont essuyé quelques larmes, pour traverser cette difficile épreuve. La magistrate a par ailleurs rappelé les lourdes conséquences du drame dans la famille, soulignant que la mère d'Érika St-Gelais a notamment qualifié de «dévastation» le décès de sa fille.

Le conjoint de la défunte a aussi confié devant le tribunal que l'aîné de quatre ans, qui n'était pas à bord du véhicule, réclame toujours sa mère. L'homme a également sombré dans une dépression après les événements. Le poupon qui a maintenant un peu plus de deux ans porte, quant à lui, encore les séquelles de l'accident et continue sa réadaptation.

Lettre d'excuses

Dany Girard n'a pas tenu à prendre la parole comme il était en droit de le faire avant de recevoir sa peine. Dans une lettre lue à une autre étape des procédures, il a néanmoins affirmé être «sincèrement désolé des malheureuses conséquences» qu'il a causées et espérer «que la famille saura un jour lui pardonner». 

Girard a suivi deux programmes de réhabilitation depuis qu'il est incarcéré. Ni l'avocat de la défense ni le procureur du ministère public n'ont souhaité commenter la décision de la juge Louise Gallant.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer