Un dernier adieu à Marie-Pier Gagné

Les gens présents, des amis et des proches,... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Les gens présents, des amis et des proches, ont défilé tour à tour à l'intérieur de l'établissement dimanche pour offrir leurs condoléances aux membres de la famille.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Plusieurs centaines de personnes se sont présentées dimanche après-midi au funérarium Edgar Mercier, à Sainte-Marie, en Beauce, pour dire un dernier adieu à Marie-Pier Gagné, décédée tragiquement sur le boulevard Laurier après avoir été happée par une voiture.

Les portes de l'établissement ont été ouvertes à 13h40. Les gens présents, des amis et des proches, ont défilé un à un pour offrir leurs condoléances aux membres de la famille.

Des photos de la petite Alexe, née quelques minutes après le drame, étaient visibles aux alentours du cercueil de sa mère.

L'une des cousines de la défunte, Lauréanne Marceau, s'est adressée aux médias quelques instants devant l'établissement au nom de la famille, qui a souhaité ne pas émettre d'autres commentaires.

«Aujourd'hui est un jour particulièrement émouvant pour la famille et les proches de Marie-Pier Gagné. Aujourd'hui, nous devons lui dire un dernier aurevoir. Il s'agit d'un moment extrêmement bouleversant, puisque la mort l'a frappée soudainement», a déclaré Mme Marceau, entourée de proches.

«Marie-Pier avait toute la vie devant elle, plein de beaux projets. [...] En quelques instants, elle nous a été enlevée. Aujourd'hui, nous devons prendre pleinement conscience que physiquement nous ne la reverrons plus, et puiser notre force à travers la foi, l'espérance et l'amour», a-t-elle ajouté.

Marie-Pier Gagné, 27 ans et enceinte de 40 semaines, a perdu la vie le 10 août dernier alors qu'elle traversait le boulevard Laurier. Son bébé a survécu à l'accident, bien qu'il ait dû être transféré à Montréal pour qu'y soient traitées ses blessures. La fillette est aujourd'hui hors de danger.

Mme Marceau a d'ailleurs eu quelques mots au sujet du poupon, qui se porte «de mieux en mieux», selon les tests médicaux effectués.

«Maintenant et pour les prochaines semaines, les prochains mois, la famille et les proches veulent transmettre à la petite Alexe des sentiments autres que la tristesse. [...] Bien qu'Alexe soit née dans des circonstances tragiques, nous ne souhaitons pas que les premiers mois de sa vie soient remplis de chagrin. Nous accueillons cette magnifique petite fille avec beaucoup d'amour, de joie et d'affectation. [...] Cette petite combattante sera le lien vivant qui continuera de nous unir à Marie-Pier.»

L'une des cousines de la défunte, Lauréanne Marceau,... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 2.0

Agrandir

L'une des cousines de la défunte, Lauréanne Marceau, s'est adressée aux médias quelques instants devant le funérarium au nom de la famille, qui a souhaité ne pas émettre d'autres commentaires.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

55 000 $ pour le conjoint éploré

Cette tragique histoire a énormément touché la population. Une campagne de financement avait été initiée au lendemain du drame par une autre cousine de la défunte, Émilie Marceau, pour venir en aide au nouveau père monoparental, Sylvain. Plus de 55 000 $ avaient été amassés dimanche après-midi.

La famille a tenu à remercier de nouveau le public ainsi que les personnes qui ont aidé de proche ou de loin dans cette histoire.

«Les dons reçus, les innombrables messages de sympathie, les hommages publiés en mémoire de Marie-Pier [...] nous ont permis de sentir que notre peine était partagée. Comme Sylvain l'a déjà mentionné, la famille tient à redire merci à tous ceux qui se sont dévoués corps et âme», a conclu Mme Marceau.

Le corps de Marie-Pier Gagné sera inhumé au cours des prochains jours, lors d'une cérémonie réservée aux proches de la famille.

Des questions en suspens

Les conclusions de l'enquête des policiers ne sont pas encore connues. On ne sait toujours pas pourquoi le conducteur dans la vingtaine ne s'est jamais arrêté au passage piétonnier aménagé entre Laurier Québec et le CHUL.

Le lendemain de l'événement, Le Soleil avançait que le jeune conducteur aurait pu être victime d'une crise d'épilepsie; une hypothèse qui n'a jamais été confirmée par la police.

Quelques jours après l'accident, une pétition en ligne a été crée demandant la construction d'une passerelle surplombant le boulevard Laurier. Dimanche, elle comptait plus de 3100 signataires.

Marie-Pier Gagné avait 27 ans lorsqu'elle est décédée... (tirée de Facebook) - image 3.0

Agrandir

Marie-Pier Gagné avait 27 ans lorsqu'elle est décédée tragiquement.

tirée de Facebook

Pleurer la perte d'un deuxième enfant

Quinze ans après avoir perdu un garçon, les parents de Marie-Pier Gagné, qui est décédée après avoir été happée par un véhicule sur le boulevard Laurier, doivent maintenant dire adieu à un deuxième de leurs quatre enfants.

«Ce n'est pas évident. Une jeune fille qui commençait sa vie. Linda ne s'était pas encore remise de [la mort] de Dave et, maintenant, elle perd Marie-Pier. Elle a été éprouvée solidement. Elle est sonnée, on le voit», raconte Michel Maheux, conjoint de la tante de la défunte rencontré à sa sortie du funérarium Edgar Mercier, à Sainte-Marie.

Le jeune homme, alors âgé de 16 ans, a perdu la vie en effectuant des travaux de rénovation dans une porcherie, à Saint-Bernard de Beauce. Deux employés sont décédés lors de ce drame regrettable en juillet 2001. Ils ont tenté de sortir, mais le bâtiment s'est effondré sur eux après une violente bourrasque.

La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail avait blâmé l'entreprise propriétaire de l'établissement, soulignant que «des mesures de sécurité adéquates n'avaient pas été prises» lors de la démolition d'un mur dans les journées précédentes et que le «bâtiment comportait des faiblesses d'assemblage», peut-on lire dans des articles de 2001. La tragédie avait été très médiatisée.

«Et là, c'est un autre accident qu'on ne peut pas prévoir. La vie, ce n'est pas toujours facile. Maintenant, il faut essayer de regarder en avant de nous autres, ce qui nous reste», note M. Maheux, bouleversé par la tragédie. «Les derniers jours ont été des moments difficiles, cela nous remémore des instants douloureux», poursuit celui qui a également dû faire le deuil de l'un de ses garçons il y a deux ans et demi.

Un autre deuil

«C'est comme si on vivait un autre deuil», ajoute sa conjointe et tante de Marie-Pier, Marie-France Marceau. «Ce n'est pas facile pour personne. Une jeune fille qui décède comme ça, à 27 ans. Elle était heureuse. Elle avait hâte d'avoir son enfant. Tu es supposé de commencer dans la vie, et c'est elle qui part.»

Marie-Pier Gagné était enceinte lorsqu'elle a perdu la vie, le 10 août. La petite Alexe a toutefois survécu au drame.

Plusieurs centaines de personnes se sont déplacées, dimanche, pour offrir leurs condoléances à la famille. Nathalie Bernard était de ceux qui tenaient à venir soutenir les proches.

«Cela m'a vraiment viré à l'envers. Je connaissais beaucoup son frère. Il se tient avec mon garçon. C'est là qu'on se rend compte que la vie ne tient qu'à un fil. Elle était au mauvais endroit au mauvais moment. C'est triste.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer