Alcool au volant: «une des pires soirées de l'été» à Québec

L'un des conducteurs interceptés par les policiers après... (Collaboration spéciale Steve Jolicoeur)

Agrandir

L'un des conducteurs interceptés par les policiers après une dénonciation dormait derrière le volant de son véhicule, stationné en sens inverse sur la 46e Rue, à l'intersection de la 1re Avenue.

Collaboration spéciale Steve Jolicoeur

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Québec était festive samedi soir avec plusieurs activités à l'horaire dans différents secteurs de la capitale. Malheureusement, la soirée s'est avérée l'une des pires de l'été pour le nombre d'arrestations -12 - de personnes conduisant avec les facultés affaiblies par l'alcool.

Avec notamment le match du Rouge et Or au PEPS de l'Université Laval, le concert de Céline Dion au Centre Vidéotron, le Festibière dans le Vieux-Port de Québec et le Festival celtique, les Québécois avaient l'embarras du choix. Certains fêtards ont toutefois trop levé le coude.

Peu avant minuit, le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) avait déjà procédé à sept arrestations et saisies de véhicules en lien avec l'alcool au volant. «Il s'agit de l'une des pires soirées de l'été», déplore au Soleil le lieutenant Jean-Pierre Côté, du SPVQ. «Heureusement, il n'y a eu qu'un accident, sans blessé grave. Il n'y a rien eu de dramatique, et Dieu merci.»

Dénonciations de citoyens

C'est grâce à des dénonciations de citoyens que les policiers ont mis le grappin sur la majorité des chauffards. Aucun barrage n'a été organisé dans la capitale. Les arrestations ont eu lieu dans les secteurs du centre-ville, de Sainte-Foy et de Limoilou.

L'un des conducteurs interceptés dormait d'ailleurs derrière son volant et était stationné en sens inverse sur la 46e Rue, à l'intersection de la 1re Avenue.

«Il n'y avait que deux conducteurs qui n'étaient pas au-dessus du double de la limite d'alcool permise [80 mg par 100 ml de sang]», indique M. Côté. «Il y avait beaucoup de gens, un peu partout sur le territoire. Les arrestations n'ont pas été concentrées dans un seul endroit et elles ont eu lieu sur 12 heures», poursuit-il.

En raison du nombre d'activités dans la capitale, le SPVQ avait déployé plus de personnel sur le terrain. «Cela nous a permis de répondre aux appels des citoyens. D'être plus présents. Si on enlève les spectacles sur les plaines d'Abraham, c'est l'une des plus grosses soirées en termes d'achalandage de l'été», affirme le lieutenant. «En général, cela s'est beaucoup amélioré au niveau des capacités affaiblies par l'alcool, mais il va toujours y avoir une extrême minorité qui ne comprend pas.»

Des conducteurs auraient également été arrêtés avec les capacités affaiblies par des drogues. Des analyses sanguines ont été demandées pour certains d'entre eux.

«Très déplorable»

Pour le directeur général d'Éduc'alcool, Hubert Sacy, le nombre d'arrestations à Québec dans la soirée de samedi à dimanche est quelques choses de «très déplorable». Il salue toutefois l'intervention des citoyens qui sont de plus en plus nombreux à contacter le 9-1-1 pour dénoncer les chauffards.

«Juste une arrestation avec l'alcool, c'est déjà de trop. Ce n'est pas la première fois que je le dis. Il manque de sensibilisation pour les mois de juillet et d'août. C'est le moment dans l'année où il y a le plus de conduite avec les facultés affaiblies par l'alcool, mais pas de prévention. On en parle surtout en novembre et en décembre», affirme au bout du fil M. Sacy, qui aimerait également voir plus d'interventions policières durant l'été, comme c'est le cas durant le temps des Fêtes.

«Pour améliorer le bilan des conduites avec les capacités affaiblies, il faut que les gens aient la perception qu'ils peuvent se faire arrêter. Sept Québécois sur dix n'ont pas vu un seul barrage routier au cours de la dernière année. Il est clair qu'on devrait augmenter la présence des policiers, notamment les vendredis et les samedis soirs», estime le directeur général, ajoutant que les employés des restaurants et des bars ont également un rôle à jouer. «Il faut qu'ils soient formés pour savoir quand cesser de servir de l'alcool.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer