Malgré son emploi, le fonds de défense de Nathalie Normandeau maintenu

Nathalie Normandeau... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Nathalie Normandeau

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Gilles Gagné</p>
Gilles Gagné

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Carleton) Le retour de Nathalie Normandeau derrière un micro et comme titulaire d'un emploi potentiellement bien rémunéré ne modifie nullement la décision du groupe ayant lancé un fonds pour aider financièrement l'ex-vice-première ministre à payer ses frais de justice. La campagne d'aide est maintenue.

«Nous sommes très heureux que Nathalie ait obtenu un nouveau travail. Le fonds n'a pas été créé parce qu'elle n'avait pas d'emploi, mais pour l'aider dans sa défense. Les raisons qui nous ont motivés à créer le fonds sont toujours les mêmes. Le nouvel emploi de Nathalie n'y change rien», a indiqué Fabrice Bourque, président du fonds d'aide pour Nathalie Normandeau, par voie de communiqué.

Nathalie Normandeau doit répondre depuis le 17 mars à sept accusations, dont celles de fraude, de corruption, de complot et de bris de confiance.

Fabrice Bourque et André Poirier, deux militants libéraux gaspésiens de longue date, ne feront pas d'autres commentaires au sujet du fonds de défense de l'ex-vice-première ministre et députée de Bonaventure à l'Assemblée nationale.

Toutefois, M. Poirier avait initialement rappelé que l'évolution du total des dons ne ferait pas l'objet de divulgations publiques, puisqu'il s'agit d'une initiative privée.

Il avait aussi rappelé que le montant total serait divulgué si Nathalie Normandeau était acquittée et s'en sortait libre de frais de justice, puisque la somme serait alors versée à la Fondation communautaire Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, qui travaille notamment à l'établissement des jeunes dans la région. M. Poirier s'est dit confiant d'un dénouement favorable pour l'ex-ministre.

Rappel des faits

Mme Normandeau avait perdu son emploi d'animatrice à la radio FM93 après le dépôt des accusations. Elle a obtenu un autre emploi, annoncé le 4 août par Radio Boulevard 102,1, aussi de Québec.

Les administrateurs du fonds notent que les frais judiciaires de Nathalie Normandeau «sont des dépenses extraordinaires» et «qu'elle a droit à une défense pleine et entière». Ils ne donnent pas de chiffres quant à l'allure de la campagne de financement, mais ils ont déjà admis que plus de 20 000 $ avaient été amassés. L'objectif initial était de 300 000 $.

Bien que Fabrice Bourque et André Poirier soient des militants libéraux comptant des dizaines d'années d'engagement, l'Association libérale de Bonaventure garde ses distances de leur initiative, préférant laisser la justice suivre son cours, a indiqué le président, Daniel Bujold, il y a un mois.

Les autres accusations découlant de l'enquête de l'UPAC sont l'ex-ministre des Transports, ex-ministre de la Santé et ex-vice-président du développement des affaires au Groupe Roche, Marc-Yvan Côté; Bruno Lortie, ex-employé politique de M. Côté et ex-chef de cabinet de Mme Normandeau; Mario Martel et France Michaud, dirigeants de Roche à Québec et déjà accusés dans d'autres dossiers; Ernest Murray, employé politique de l'ex-première ministre Pauline Marois, et François Roussy, maire de Gaspé de 2005 à 2013 et ex-employé au bureau de circonscription du député de Gaspé, Gaétan Lelièvre.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer