Un homme retrouvé noyé dans la rivière Etchemin

Quelques secondes après avoir débuté leurs recherches dans... (Photothèque Le Soleil, Steve Deschênes)

Agrandir

Quelques secondes après avoir débuté leurs recherches dans la rivière Etchemin vers 8h15 vendredi matin, les plongeurs de la Sûreté du Québec ont vu le corps de Luc Guay, 57 ans, remonter à la surface.

Photothèque Le Soleil, Steve Deschênes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Quelques secondes après avoir amorcé leurs recherches dans la rivière Etchemin vers 8h15 vendredi, les plongeurs de la Sûreté du Québec ont vu le corps de Luc Guay, 57 ans, remonter à la surface.

Le résident de Pintendre, qui était allé se baigner près d'une fosse de 75 pieds de profondeur dans la rivière Etchemin, manquait à l'appel depuis jeudi après-midi. Les recherches menées avec des caméras thermiques avant la tombée de la nuit par les policiers et les pompiers de Lévis n'avaient pas porté fruit.

«Les plongeurs venaient tout juste de débuter leur travail que la famille a vu le corps remonter à la surface et criait: "Il est là!"» explique l'agent Christian Cantin, porte-parole du Service de police de Lévis.

Maladie de Parkinson

M. Guay, qui souffre de la maladie de Parkinson, était allé se baigner vers 14h45 jeudi. Selon la police, il allait toujours se baigner au même endroit, soit près d'une fosse de 50 à 75 pieds de profondeur.

Son frère, avec qui il habite, serait passé par là et aurait vu Luc Guay dans l'eau et sa canne au bord de la rivière. Cependant, en repassant un peu plus tard, il ne voyait plus son frère dans l'eau même si sa canne était toujours au même endroit. Il est rentré à la maison et a demandé à sa soeur si son frère était lui aussi rentré. Devant la réponse négative, il a communiqué avec la police.

Le corps ne portait aucune marque de violence visible, alors le décès est traité comme une noyade. Les policiers ignorent cependant ce qui aurait amené M. Guay à tomber dans la fosse. «Est-ce qu'il a eu un malaise? A-t-il trébuché sur une roche? Était-ce sa maladie qui faisait qu'il avait de la difficulté à bouger? Ce sont les pistes qui seront analysées», conclut Christian Cantin.

Pas un record

Ce décès s'ajoute à la trentaine de morts par noyade répertoriées depuis le début de l'année. La Société de sauvetage du Québec en dénombrait 29 le 14 juillet, 8 de plus qu'à la même date en 2015.

«On ne peut pas encore parler d'année record. C'est toujours comme ça, quand il fait beau et lors des vacances de la construction, les gens sont davantage près de l'eau et il y a plus de noyades. Les chiffres se stabilisent à la fin de la saison normalement», explique Olivier Meunier, coordonnateur aux communications de la Société de sauvetage.

Si l'autopsie démontre que Luc Guay est bel et bien mort par noyade, son décès fera partie des quelque 69% de décès par noyade survenus sur des plans d'eau en nature. Selon M. Meunier, plusieurs noyades ne seraient d'ailleurs pas rapportées dans les médias, car elles surviennent en région éloignée, notamment dans des zones d'exploitation contrôlée. La Société de sauvetage n'en est mise au courant qu'en recevant les rapports du coroner de quelques mois à deux ans après le décès.

Trente morts par noyage

Ce décès s'ajoute à la trentaine de morts par noyade répertoriées depuis le début de l'année. La Société de sauvetage du Québec en dénombrait 29 le 14 juillet, huit de plus qu'à la même date en 2015.

« On ne peut pas encore parler d'année record. C'est toujours comme ça, quand il fait beau et lors des vacances de la construction, les gens sont davantage près de l'eau et il y a plus de noyades. Les chiffres se stabilisent à la fin de la saison normalement », explique Olivier Meunier, coordonnateur aux communications de la Société de sauvetage.

«On ne peut pas encore parler d'année record. C'est toujours comme ça, quand il fait beau et lors des vacances de la construction, les gens sont davantage près de l'eau et il y a plus de noyades.»

Olivier Meunier
Coordonnateur aux communications de la Société de sauvetage.

Si l'autopsie démontre que Luc Guay est bel et bien mort par noyade, son décès fera partie des quelque 69% de décès par noyade survenus sur des plans d'eau en nature. Selon M. Meunier, plusieurs noyades ne seraient d'ailleurs pas rapportées dans les médias, car elles surviennent en région éloignée, notamment dans des zones d'exploitation contrôlée (ZEC). La Société de sauvetage n'en est mise au courant qu'en recevant les rapports du coroner de quelques mois à deux ans après le décès.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer