Un policier de la SQ destitué pour rage au volant

Au volant d'un fourgon de la police sur... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Au volant d'un fourgon de la police sur la route 132 à Saint-Lambert, en Montérégie, Patrick Delsame, devenu impatient, a suivi de près et à haute vitesse un véhicule devant lui, a procédé à des manoeuvres dangereuses avant de percuter le véhicule qui a heurté un muret de béton.

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

Un policier qui oeuvrait à la Sûreté du Québec (SQ) depuis 24 ans, Patrick Delsame, a été destitué il y a quelques jours en raison de son comportement agressif avec un automobiliste, en septembre 2011, alors qu'il était dans l'exercice de ses fonctions.

Pour ses actes, le policier a été trouvé coupable d'une accusation criminelle de conduite dangereuse, en 2013, et de diverses infractions au Code de déontologie des policiers du Québec.

Au volant d'un fourgon de la police sur la route 132 à Saint-Lambert, en Montérégie, Patrick Delsame, devenu impatient, a suivi de près et à haute vitesse un véhicule devant lui, a procédé à des manoeuvres dangereuses avant de percuter le véhicule qui a heurté un muret de béton.

Le conducteur, un adolescent de 17 ans, a été blessé et son automobile a été détruite. Le policier aurait alors invectivé et brutalisé le conducteur, mais certaines scènes ont été vues par des témoins.

En décembre 2014, un comité de la SQ a recommandé que l'agent Delsame soit destitué. Le mois suivant, le directeur général de la SQ, Martin Prud'homme, a demandé à la ministre de la Sécurité publique de l'époque, Lise Thériault, d'approuver la destitution, ce qu'elle a accepté peu après.

En route pour une formation

Patrick Delsame travaillait à la Direction technique de la Direction des services spécialisés en enquête de la SQ. Lors de l'incident, il ne répondait à aucun appel; il se rendait à une séance de formation à Montréal.

Le Comité de déontologie a reconnu que l'agent Delsame souffrait d'un trouble déficitaire d'attention qui le rendait vulnérable à l'impulsivité et aux changements rapides d'humeur. Il a cependant souligné que le policier avait pris la décision unilatérale de cesser une médication et d'en couper une autre de moitié.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer