Un homme en psychose toxique menaçait le PM Couillard

À l'arrivée des policiers, Lévesque a tenu plusieurs... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

À l'arrivée des policiers, Lévesque a tenu plusieurs propos incohérents. Plus inquiétant, l'homme a lancé: «Couillard, lui, je lui tranche la gorge», en accompagnant sa phrase d'un mouvement du pouce très explicite.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un homme qui, en pleine psychose toxique, a menacé de mort le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, écope d'une peine de 111 jours de prison.

Des passants ont appelé la police, le 16 mai dernier, lorsqu'ils ont vu Réjean Lévesque, 52 ans, en train de faire des doigts d'honneur et de mimer un tir au pistolet avec ses doigts face au consulat américain, dans le Vieux-Québec.

À l'arrivée des policiers, Lévesque a tenu plusieurs propos incohérents. Plus inquiétant, l'homme a lancé : «Couillard, lui, je lui tranche la gorge», en accompagnant sa phrase d'un mouvement du pouce très explicite.

Les policiers ont décidé de procéder à son arrestation. Dans l'autopatrouille, Lévesque avait trouvé une nouvelle cible pour ses menaces. «Orsainville va brûler si je retourne là-bas! Les murs vont tomber», lançait-il, à propos de l'Établissement de détention de Québec.

Réjean Lévesque a été confié aux soins des spécialistes en santé mentale pour mesurer son aptitude à comparaître devant la cour et sa responsabilité criminelle.

Durant son hospitalisation, les psychiatres ont noté plusieurs signes d'une forte intoxication au cannabis. «C'est seulement après un mois et demi que les symptômes psychotiques ont commencé à diminuer», a indiqué l'avocat de défense Me Nicolas Déry.

«Une nouvelle personne»

Au fil du temps, Lévesque a vu se résorber tous ses symptômes, sans même l'ajout de médicaments. Il a indiqué au juge Hubert Couture hier, en plaidant coupable, qu'il «était maintenant une nouvelle personne».

Réjean Lévesque avait quelques antécédents criminels de trafic de stupéfiants, commis dans les années 90 et en 2010.

Acceptant la suggestion des parties, le juge Couture a condamné l'homme à 111 jours de prison. Il lui restera une seule journée à purger puisqu'il a déjà passé l'équivalent de 110 jours en détention provisoire.

Réjean Lévesque sera en probation durant trois ans et devra suivre toute thérapie que lui recommandera son agent de probation.

Il lui sera interdit de communiquer avec le premier ministre Philippe Couillard ainsi qu'avec tous les membres de l'Assemblée nationale. Lévesque ne pourra pas s'approcher à moins de 500 mètres de l'édifice du Parlement.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer