Un père de famille sans histoire agresse une septuagénaire et écope de 18 mois de prison

François Fortier... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

François Fortier

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un analyste en informatique, François Fortier, 42 ans, est condamné à purger 18 mois de prison pour l'agression sexuelle brutale d'une septuagénaire.

On ne saurait jamais précisément ce qui a poussé le père de deux enfants, un homme jusque là sans histoire, à assaillir une marcheuse de 72 ans au bas de l'escalier de la Pente-Douce, par une froide soirée de novembre 2013.

Tout l'après-midi, Fortier avait fêté une promotion dans un restaurant de la Grande Allée. La consommation excessive d'alcool était devenue habituelle pour lui. Ce dernier affirme qu'il vivait l'époque de «fortes tensions», sans les détailler.

L'homme s'est tapi dans un boisé près de l'escalier et a surgi brusquement lorsque la dame est arrivée. Il l'a agrippée et, en l'empêchant de crier au secours, l'a traînée vers le petit bois. Fortier a ensuite tenté de la pénétrer et lui a fait plusieurs attouchements aux seins et aux parties génitales avant d'approcher son pénis des fesses de la marcheuse.

Des passants ont entendu les cris de la dame. Fortier leur a dit que tout allait bien, mais sa victime a rétorqué qu'elle était en train de se faire violer. Les témoins sont intervenus et ont aussitôt appelé la police.

François Fortier n'a jamais résisté à son arrestation et a collaboré à l'enquête. Il a plaidé coupable en janvier et a aussitôt perdu son emploi d'analyste en informatique au bureau du Protecteur du citoyen.

La victime, qui n'a pas voulu témoigner aux représentations sur la peine, dit avoir vécu beaucoup d'angoisses, de nuits blanches et de honte. Femme active, elle ne sort plus seule le soir et utilise seulement les grandes artères pour se déplacer.

François Fortier, aujourd'hui séparé, a consulté un psychologue tant qu'il en a eu les moyens financiers. Malgré tout, l'homme affirme ne pas comprendre ce qui l'a poussé à commettre l'agression sexuelle sur une inconnue. «L'agression a été une façon pour lui d'exprimer toutes ses frustrations et son ressentiment», conclut le juge Steve Magnan, à la lumière du rapport pré-sentenciel de l'accusé.

La beuverie a été l'occasion pour François Fortier de passer à l'acte, mais l'intoxication volontaire ne constitue nullement un facteur atténuant, assure le juge. Avant son délit, l'accusé avait connu trois épisodes d'amnésie dus à la surconsommation d'alcool, ce qui aurait dû le conscientiser sur ses problèmes, estime le juge Magnan.

Jugeant la suggestion de peine de six mois de la défense «inappropriée et insuffisante» et celle de trois ans de la Couronne «inutilement sévère», le juge Steve Magnan a estimé à 18 mois de prison la peine juste pour François Fortier. Le juge a aussi imposé une probation de trois ans.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer