Garda a 48 heures pour révéler qui a fait suivre Julie Snyder

Julie Snyder... (Archives AFP)

Agrandir

Julie Snyder

Archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

La Cour supérieure a donné jeudi 48 heures à la firme de sécurité Garda pour divulguer l'identité du commanditaire de la filature dont a été l'objet l'animatrice Julie Snyder.

Le juge Paul Mayer a aussi ordonné à Garda de mettre un terme à cette surveillance pendant 10 jours.

Julie Snyder, en instance de divorce avec l'ex-chef du Parti québécois Pierre Karl Péladeau, soutient avoir été informée le 26 juin qu'un «homme à la casquette noire» avait demandé des informations à son sujet à l'aéroport de Québec, alors qu'elle se rendait aux Îles-de-la-Madeleine.

Dans sa requête en injonction visant à mettre un terme à cette filature et à en connaître le commanditaire, l'animatrice plaidait qu'elle vit depuis ce temps un stress constant et une violence psychologique «perpétuelle», et elle craint maintenant pour sa sécurité et celle de ses enfants.

Après des négociations hors cour, mercredi, l'avocat de Mme Snyder et l'avocate de la firme Garda avaient annoncé en fin d'après-midi la conclusion d'une entente de principe. Mais cette entente n'aura pas survécu à la nuit et jeudi, les deux parties sont revenues devant le juge Paul Mayer pour la suite des procédures judiciaires amorcées mercredi matin.

L'avocat de Mme Snyder, Mathieu Piché-Messier, a qualifié cette filature «d'atteinte grave au droit à la vie privée» de sa cliente. Devant le juge Mayer, il s'est demandé pourquoi le commanditaire ne s'était pas manifesté de lui-même s'il n'avait rien à se reprocher.

Les avocats de Garda avaient auparavant plaidé que Mme Snyder n'a pu démontrer l'urgence de cette requête, et ils ont rappelé que la firme de sécurité est liée à ses clients par le secret professionnel.

La populaire animatrice n'était pas présente mercredi et jeudi, au palais de justice de Montréal, pour les diverses procédures.

Julie Snyder et Pierre Karl Péladeau, qui s'étaient mariés en grande pompe à Québec en août 2015, ont annoncé leur rupture cinq mois plus tard, en janvier. En mai, M. Péladeau a annoncé que «pour des motifs familiaux», il quittait la direction du Parti québécois, poste qu'il occupait depuis un peu moins d'un an.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer