Fausse psychologue arrêtée à Lévis

-... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

-

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Mélanie-Eugénie Chisholm, 44 ans, de Lévis, fait face à des accusations criminelles pour s'être fait passer pour une psychologue. Avant son arrestation, l'Ordre des psychologues du Québec (OPQ) avait déjà entamé contre elle une poursuite pénale visant 13 accusations de pratique illégale de la psychologie.

Les faits reprochés à l'accusée se sont déroulés de juin 2014 à juin 2015. Selon la police de Lévis, la dame «a usurpé plusieurs familles en se présentant comme étant une docteure en psychologie. [...] Elle a approché des familles de son quartier pour leur offrir ses services», explique l'agent Patrick Martel.

L'Ordre des psychologues soutient que Mme Chisholm a évalué «des troubles d'apprentissage et exercé la psychothérapie auprès de deux enfants et d'un jeune adulte», en plus d'avoir usurpé le titre de psychologue, notamment devant des médecins du Centre hospitalier de l'Université Laval.

Des doutes sur ses compétences ont surgi au fil des consultations. Des vérifications auprès de l'Ordre et des établissements où elle disait avoir étudié ont révélé qu'elle n'était pas la personne qu'elle prétendait être.

La femme aurait aussi offert ses services à une entreprise de la rive sud de Québec pour faire l'évaluation psychologique des employés.

Mme Chisholm a comparu mercredi au palais de justice de Québec pour faire face à six chefs d'accusations de fraude de moins de 5000 $ et de fraude d'identité. Elle a été remise en liberté moyennant un engagement personnel de 1000 $ avec dépôt. Elle doit demeurer à sa résidence de la rue Saint-Georges à Lévis, ne pas communiquer avec les plaignants et ne posséder que des cartes ou des documents bancaires à son nom. Elle doit revenir en Cour le 15 septembre.

Poursuivie par l'Ordre

L'Ordre des psychologues du Québec a déposé trois poursuites totalisant 13 chefs d'accusation. «Statuer sur un trouble mental, c'est grave. L'impact et le préjudice que ça peut avoir chez une personne sont énormes, surtout chez les enfants, soutient la présidente de l'Ordre, la Dre Christine Grou. Elle rappelle qu'au Québec, il est nécessaire d'obtenir un doctorat pour devenir psychologue. Heureusement que la loi nous permet d'intervenir pour protéger le public», ajoute-t-elle.

Les poursuites ont été autorisées en septembre 2015. Le procès devant la Chambre criminelle et pénale de la Cour du Québec aura lieu le 23 août au Palais de justice de Québec. 

Pour la Dre Grou, ce cas rappelle l'importance de vérifier si la personne consultée fait bien partie de l'OPQ. Depuis cinq ans, 1300 signalements pour exercice illégal et usurpation de titres ont été reçus. L'intimé pourrait recevoir une contravention minimale de 1500 $ par chef d'accusation en vertu du Code des professions du Québec. 

Avec Isabelle Mathieu

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer