Exclusif

Traquer Pikachu et attraper... la police

Pikachu est le plus célèbre des pokémons, un... (AFP)

Agrandir

Pikachu est le plus célèbre des pokémons, un des personnages que les adeptes de Pokémon Go doivent attraper dans ce jeu de réalité augmentée qui fait fureur sur toute la planète.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un conducteur et son passager cherchaient Pikachu, ils ont trouvé deux policiers dans une autopatrouille.

Depuis la sortie du célèbre jeu Pokémon Go, plusieurs redoutaient des accidents de la route. Une première collision est survenue à Québec mardi, en fin de journée, dans le stationnement de la bibliothèque Saint-André sur le boulevard Bastien, dans le secteur Neufchâtel.

«Une autopatrouille voulait intercepter un véhicule pour une infraction au Code de la sécurité routière, explique l'agente Marie-Ève Painchaud. Ils l'ont suivi, les gyrophares allumés, jusque dans le stationnement de la bibliothèque Sainte-André. Brusquement, le conducteur a fait une manoeuvre en marche arrière et a percuté l'autopatrouille», poursuit la policière.

Selon elle, le conducteur et son passager n'ont jamais vu qu'une autopatrouille les suivait, tellement ils étaient absorbés par le jeu de réalité augmentée qui fait fureur sur toute la planète, bien que lancé officiellement dans seulement quatre pays. L'application Pokemon Go aurait, selon le magazine Forbes, dépassé Facebook Messenger, Snapchat, Tinder, Whatsapp et Instagram sur Android aux États-Unis. 

Le conducteur aurait avoué candidement qu'il jouait avec son passager à Pokémon Go, ce qui expliquerait la brusque manoeuvre. Il a reçu une contravention en vertu du Code de la sécurité routière.

Les deux policiers ont dû se rendre à l'hôpital pour y soigner des blessures mineures.

Avertissements

«Il faut faire preuve de jugement, lance l'agente Painchaud. Nous demandons aux gens de jouer aux endroits et aux moments appropriés.»

Plusieurs services de police aux États-Unis, en Europe et au Canada ont aussi senti le besoin de rappeler aux utilisateurs d'être prudents. Sur Twitter, le mot-clic #DontCatchAndDrive (n'attrapez pas en conduisant) regroupe les avertissements et les initiatives mises de l'avant pour décourager les conducteurs de jouer en conduisant.  

En Arizona, un panneau d'autoroute diffuse le message suivant : «Pokémon Go is a no-go when driving» qu'on pourrait traduire par «Pokémon Go est interdit (ou est une impasse) au volant». 

Depuis quelques jours, une nouvelle sur le Web rapporte qu'un homme aurait causé un accident majeur, impliquant plusieurs véhicules, sur une autoroute du Massachusetts en tentant d'attraper Pikachu. Cette nouvelle s'est révélée fausse, mais d'autres accidents ont réellement été rapportés.

À l'inverse, une société de transport en commun de Floride en a profité pour inviter les citoyens à prendre l'autobus pour y jouer de façon sécuritaire.

La vague du Pokemon Go provoque quelques émois en Amérique du Nord

Pokémon Go n'a pas été seulement à l'origine d'un accident à Québec. Ses adeptes ont semé l'émoi un peu partout en Amérique du nord. Voici une liste d'incidents impliquant le jeu:

ALABAMA

Quatre personnes ont été arrêtées après qu'un homme eut déclaré à la police d'Auburn qu'il avait été victime d'un vol à main armée alors qu'il jouait à Pokemon Go. L'homme s'amusait à l'extérieur d'un immeuble vide lorsque les quatre hommes l'ont attaqué avant de prendre la fuite dans une automobile.

ARIZONA

Le service de police de Phoenix a indiqué sur les réseaux sociaux que la chasse au dragon orange Charizard n'était pas une bonne raison pour faire une intrusion sur le terrain de quelqu'un.

IDAHO

Le Service de police de Boise a publié plusieurs avis sur sa page Facebook, rappelant qu'il était illégal de se promener dans les parcs de la ville après le coucher du soleil ou de pénétrer sur un terrain privé même si cela était pour jouer à Pokémon Go.

MARYLAND

La police du campus de l'Université du Maryland a indiqué que trois des quatre dernières victimes de vols survenus à College Park jouaient à Pokemon Go. Le suspect était armé d'une arme à feu à au moins deux occasions. Personne n'a été blessé.

NEBRASKA

Des joueurs s'amusant à Pokemon Go dans la nuit de mardi à mercredi ont involontairement nui aux recherches que menaient les policiers pour retracer un homme soupçonné d'avoir tué un employé d'un dépanneur de Lincoln. L'homme, qui portait des vêtement de camouflage, des gants, des lunettes de soleil et un foulard au visage, avait été repéré par un gardien de sécurité vers 2 h 00. Un chien policier a tenté de pister le fuyard mais il a confondu l'odeur de ce dernier avec celles de joueurs qui s'amusaient au jeu dans les environs.

PENNSYLVANIE

Une femme de l'ouest de la Pennsylvanie a déclaré que sa fille âgée de 15 ans avait été heurtée par une automobile alors qu'elle jouait à Pokemon Go sur son téléphone intelligent. Tracy Nolan a dit à une station de télévision locale que l'adolescente traversait alors un boulevard à l'heure de pointe. Elle souffre de blessures à la clavicule et à un pied. Le conducteur s'est arrêté et a aidé la victime de l'accident en attendant l'arrivée des secours.

UTAH

Un adolescent âgé de 17 ans, de Tremonton, a écopé d'une contravention pour intrusion qui pourrait lui coûter jusqu'à 200 $ après qu'il eut, avec quelques amis, recherché des Pokémons dans un entrepôt abandonné. «Je ne dirais pas que ça valait la peine, mais je dirais que je suis content d'avoir eu ces Pokémons», a-t-il blagué, avant d'ajouter qu'il s'agit d'un jeu «vraiment, vraiment stupide».

AP

Un mordu du jeu Pokemon Go s'amuse sur... (AP, Richard Vogel) - image 3.0

Agrandir

Un mordu du jeu Pokemon Go s'amuse sur son téléphone.

AP, Richard Vogel

De la nostalgie aux excès

Il est près de minuit, mais Roland James Rodas n'hésite pas. Il saute de son lit, sort de chez lui avec un seul but : attraper un Pokémon nocturne, qui rôde non loin de là. 

L'homme de 23 ans a passé sa fin de semaine à jouer, ne s'arrêtant que pour dormir (un peu), manger et surtout recharger son téléphone pour pouvoir continuer la traque. 

À 33 ans, Steven Kong avoue une petite gêne, à jouer ainsi en public : «c'est vrai que ça fait un peu bizarre», mais il fait partie de cette génération qui a joué à Pokémon dans les bacs à sable, il y a 20 ans. 

À l'instar de nombreux joueurs interrogés, «il y a un peu de nostalgie [...]. Une raison plausible pour expliquer la fulgurance du phénomène Pokémon Go. Un succès avec son cortège d'excès - le musée de l'Holocauste à Washington a demandé aux joueurs de s'abstenir de chasser le Pokémon dans ce lieu de mémoire de la Shoah - et ses dangers. 

À New York, Michael Mercilliott, 27 ans, raconte comment il a «rencontré» d'autres joueurs. «Hier je jouais en marchant dans la rue et je suis rentré dans quelqu'un qui y jouait aussi. Ca nous a fait rire. Il faut faire attention à ce qu'il y a autour de nous, surtout quand on traverse la rue.» texte et photo 

AFP

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer