Fonds Normandeau: les ministres gardent leurs distances

Nathalie Normandeau... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Nathalie Normandeau

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les ministres du gouvernement Couillard se tiennent loin de la campagne de sollicitation initiée par des libéraux de la Gaspésie pour aider Nathalie Normandeau à assumer sa défense.

Aucun des membres de l'équipe gouvernementale approchés mercredi avant le conseil des ministres n'entrevoit verser de l'argent au fonds d'aide pour l'ex-vice première ministre libérale. 

«Je suis indifférent à ça, a affirmé le ministre aux Affaires maritimes, Jean D'Amour. Ça regarde Mme Normandeau. Ça regarde les gens qui contribuent. En ce qui me concerne, je n'ai pas l'intention de le faire.»

Son de cloche similaire du côté de la ministre Lucie Charlebois, qui n'entend pas se mêler de l'affaire. «Je ne croirais pas, a-t-elle affirmé. C'est un mouvement initié par des citoyens de son coin. Je respecte ça. Je vais les laisser faire leurs efforts.»

Le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, ne se «mêle pas de ça, non». 

Sans aborder l'enjeu du soutien financier de la défense de Mme Normandeau, la ministre Francine Charbonneau n'est pas insensible à sa situation. «On ne peut pas tomber dans l'indifférence quand un politicien est accusé et doit passer à travers un processus aussi dur que celui-là, a-t-elle indiqué. La finalité, on ne la connaît pas. On va attendre le résultat. Mais comme être humain, un ensemble de processus qui fait qu'un engagement politique se finit comme ça, c'est excessivement triste. Et juger avant la fin, ça l'est tout autant.»

Le député péquiste de Bonaventure, Sylvain Roy, a demandé cette semaine au premier ministre Philippe Couillard de se dissocier de la démarche. L'argent versé pour la cause de Mme Normandeau serait mieux utilisé dans des organismes de bienfaisance, soutient-il. «Quand on voit que des enfants n'ont rien à manger pour déjeuner, que les banques alimentaires sont vides, j'ai de la misère avec une campagne pour financer la défense de Mme Normandeau, a-t-il déclaré. C'est une démarche indécente, un manque flagrant d'éthique.»

L'ex-ministre Normandeau doit répondre d'accusation de complot, de corruption, de fraude et d'abus de confiance.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer