Suicides à Uashat mak Mani-Utenam: fin d'une enquête éprouvante

Les neuf jours de travaux de l'enquête publique... (Collaboration spéciale Fanny Lévesque)

Agrandir

Les neuf jours de travaux de l'enquête publique coroner sur la vague de suicides à Uashat mak Mani-Utenam ont été chargés en émotions.

Collaboration spéciale Fanny Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Fanny Lévesque</p>
Fanny Lévesque

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Sept-Îles) «Vous avez le pouvoir de changer les choses», a lancé l'avocat du conseil Innu Takuaikan Uashat mak Mani-Utenam, Me Jean-François Bertrand au coroner Me Bernard Lefrançois, en toute fin des travaux jeudi, de l'enquête publique sur la vague de suicides qui a secoué la communauté innue en 2015.

Me Jean-François Bertrand y est allé de 44 recommandations principalement adressées aux gouvernements du Québec et d'Ottawa, allant de la création d'un centre en pédopsychiatrie au sein de la communauté à la mise en place d'une ligne d'appel d'urgence 24 heures sur 24 en langue innue.

«Ce n'est jamais le temps de baisser les bras, c'est le temps de monter aux barricades et de changer les choses», a soulevé l'avocat représentant aussi quatre des cinq familles. Me Bertrand a aussi mis en lumière le «mal-être profond» des Autochtones qui ont un taux de suicide trois fois plus élevé que les Canadiens.

La population de 4000 âmes de Uashat a été lourdement secouée par la problématique du suicide en 2015 avec la perte de cinq des leurs en neuf mois. En 2010, il a été démontré que toutes les familles élargies de la communauté avaient déjà été endeuillées par la mort volontaire d'un proche. Uashat a connu 43 suicides depuis 1994.

Les travaux, qui se sont échelonnés sur neuf jours en juin, ont pris fin jeudi au palais de justice de Sept-Îles. L'exercice, pendant lequel les membres de cinq familles endeuillées par le suicide d'un des leurs se sont livrés à coeur ouvert, a été «douloureux, mais nécessaire», selon le coroner Me Bernard Lefrançois.

«Nous nous sommes attardés sur cinq cas, mais l'enquête nous a sensibilité à plusieurs problématiques», a affirmé le coroner dans sa déclaration de fermeture. «C'est une question complexe qui est à la fois individuelle et collective. Les recommandations ne seront pas simples, mais elles doivent être précises, réalistes et applicables».

Me Bernard Lefrançois a l'intention de livrer son rapport dans des délais rapides. «L'objectif est de ne pas trop tarder, on essaye d'éviter des suicides alors il faut passer à l'action le plus vite possible», a-t-il dit sans donner d'échéance. Le rapport pourrait être dévoilé dans la communauté et traduit en langue innue.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer