Les corps des deux disparus retrouvés sur la rivière Montmorency

De 2002 à 2006 seulement, au moins six... (Photothèque Le Soleil, collaboration spéciale Steve Jolicoeur)

Agrandir

De 2002 à 2006 seulement, au moins six personnes ont perdu la vie dans le secteur.

Photothèque Le Soleil, collaboration spéciale Steve Jolicoeur

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Sûreté du Québec (SQ) a retrouvé jeudi le corps de deux hommes morts noyés mercredi lors de deux incidents séparés dans les eaux de la rivière Montmorency à Boischatel et Sainte-Brigitte-de-Laval.

Les recherches avaient repris en matinée dans le secteur situé tout juste en aval du barrage que les golfeurs du Golf Montmorency peuvent apercevoir du parcours.

La SQ a d'abord repêché jeudi midi le corps d'une première victime, un Birman d'origine de 20 ans qui était en compagnie de deux amis lorsque le drame s'est joué. Des proches, dont le père de la victime, étaient d'ailleurs présents aux abords de la rivière, jeudi, pour suivre l'évolution des recherches.

Il était environ 12h45 lorsqu'ils ont appris que le corps du jeune avait été retrouvé, puis repêché 15 minutes plus tôt. Des plongeurs de la SQ et des pompiers de Boischatel ont participé aux recherches, tout comme un hélicoptère de la police.

Cet endroit, prisé lors des chaudes journées estivales, est pourtant interdit à la baignade.

De 2002 à 2006 seulement, au moins six personnes ont perdu la vie dans le secteur. La SEPAQ a cru nécessaire d'installer une affiche qui rappelle les décès survenus et d'autres qui y interdisent clairement la baignade.

D'autres décès sont survenus depuis 2006, mais ils ne sont plus répertoriés. Le dernier, avant celui de mercredi, remonte à juillet 2013. Un jeune homme de 19 ans y avait perdu la vie.

Un second mort noyé repêché

Quelques heures plus tard, vers 15h30, l'hélicoptère de la SQ a repéré le corps d'un deuxième mort noyé, un pêcheur de 50 ans originaire de la région porté disparu à Sainte-Brigitte-de-Laval, mercredi en fin d'après-midi. Il se déplaçait alors en canot avec deux compagnons. Ils devaient rentrer au Camping Montmorency, mais leurs proches se sont inquiétés quand ils ont constaté qu'ils manquaient à l'appel.

Les trois hommes se seraient séparés, l'un décidant de longer la rivière à pied et les deux autres continuant en canot. Les deux canoteurs ont toutefois vu leur embarcation se renverser.

Le corps a été retrouvé à environ 800m du dernier endroit où il avait été vu. Des pêcheurs ont été repêché la victime. L'autre canoteur avait été secouru par la SQ, mercredi. 

Rivières à risque

C'est un bien mauvais début de saison dans la Capitale avec le décès à la fin mai d'un pêcheur au pied de la chute Montmorency. Juin n'est pas terminé que déjà on s'approche de la moyenne de cinq noyades par année enregistrée de 2009 à 2014.

Le directeur de la Société de sauvetage du Québec, Richard Hawkins, rappelle que la majorité des noyades surviennent en rivière. Même si le nombre de personnes mortes noyées a diminué au fil des ans, il croit nécessaire de poursuivre la sensibilisation, surtout que la plupart des noyades sont évitables.

«On ne rappellera jamais assez qu'il ne faudrait jamais se baigner dans des lieux qui ne sont pas aménagés pour la baignade, lance-t-il. Les gens ont malheureusement une méconnaissance des cours d'eau. Une pluie forte peut changer la configuration d'une rivière. Sans compter que sous la surface tranquille, il y a des courants qui sont méconnus», conclut-il.  Avec Guillaume Piedboeuf

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer