11 ans à l'ombre pour avoir utilisé sa conjointe comme esclave sexuelle

Selon le rapport des médecins légistes, la victime... (Archives La Presse)

Agrandir

Selon le rapport des médecins légistes, la victime de 47 ans a été battue si violemment sur la nuque et dans le dos que sa colonne vertébrale s'est brisée.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Cathy* s'est d'abord assise dans la dernière rangée de la salle d'audience, le plus loin possible de la cellule où allait apparaître celui qui l'a tourmentée durant quatre ans.

La procureure de la Couronne Me Josée Lemieux lui a ensuite demandé, avec un sourire rassurant, de s'avancer près du juge pour témoigner.

Ce n'est qu'une fois la victime installée que Patrick Bissonnette a fait son apparition, à deux mètres derrière elle, de l'autre côté de la baie vitrée.

Bissonnette, 36 ans, les cheveux coiffés en mohawk sur un crâne tatoué, a plaidé coupable le 17 septembre 2015 à 17 accusations de violence conjugale, principalement des agressions sexuelles graves, des agressions sexuelles armées, des voies de fait ayant causé des lésions corporelles et des menaces de mort.

Le juge Pierre Rousseau a condamné lundi Patrick Bissonnette à... (Tirée de Facebook) - image 2.0

Agrandir

Le juge Pierre Rousseau a condamné lundi Patrick Bissonnette à une peine de 11 ans de pénitencier.

Tirée de Facebook

Le juge Pierre Rousseau l'a condamné lundi à une peine de 11 ans de pénitencier, en faisant remarquer qu'«heureusement, ce n'est pas à tous les jours qu'on voit une violence physique, sexuelle et psychologique aussi grave que celle que l'accusé a fait subir à sa victime».

De la peine de 11 ans, il faut déduire les 18 mois déjà purgés par l'accusé en détention provisoire.

Cauchemar de quatre ans

Cathy est devenue la blonde de Bissonnette en 2005. Ils auront un fils ensemble en 2007.

Après une première année tranquille, le cauchemar s'installe. Cathy, jusque-là jeune fille heureuse malgré une dystrophie musculaire, devient l'esclave sexuelle de son chum.

Bissonnette dénigre constamment sa conjointe, la soumet à des sodomies forcées, la «prête» contre son gré à un ami.

L'accusé oblige Cathy à jouer le rôle de la prostituée et l'agresse violemment. Durant la dernière année de leur relation, Bissonnette se plaît à étrangler sa conjointe en la sodomisant au point où elle perd conscience. C'est ainsi qu'il trouve son excitation, dira-t-il aux spécialistes qui l'ont examiné.

Cathy appelle les policiers à quelques reprises. Chaque fois, Patrick Bissonnette la menace. «Tu vas y passer, tu vas tout perdre.»

Quatre ans après la rupture, en 2014, Cathy parvient à dénoncer son agresseur.

Aujourd'hui, Cathy, victime d'un grave choc post-traumatique, a le coeur toujours rempli de colère et de terreur. Un bruit ou une odeur suffisent à la replonger dans ces horribles souvenirs.

Le souffle lui manque à l'idée de l'éventuelle sortie de prison de son agresseur. «J'ai l'impression qu'à sa sortie de prison, je n'aurai plus de vie, a témoigné celle qui est aujourd'hui mère de deux enfants. Je ne suis pas une fille suicidaire, mais je me dis que si je ne suis plus là, ma famille sera en sécurité.»

À contrôler durant 10 ans

Situation rare, les parties s'entendaient pour que Patrick Bissonnette soit déclaré délinquant à contrôler durant 10 ans après sa sortie de prison.

Le litige demeurait sur la période de détention à infliger.

La procureure de la Couronne Me Josée Lemieux réclamait une peine de détention de 15 ans, rappelant que Bissonnette en est à sa cinquième condamnation de violence conjugale sur une troisième victime et que la possibilité qu'il récidive est bien réelle.

Les tests psychologiques ont révélé chez l'accusé un trouble de sadisme hétérosexuel ainsi qu'un résultat très élevé à l'échelle de psychopathie. Il a aussi des problèmes de toxicomanie.

L'avocat de défense Me Louis Belliard estimait qu'il est inutile de condamner son client à plus de six ans de prison. «Mettez-le 15 ans en dedans, il va juste nous coûter de l'argent, dit l'avocat. Il va être au même point, juste plus vieux.»

* Le prénom de la victime a été modifié.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer