L'homme qui aurait agressé le premier ministre remis en liberté

Le suspect Esteban Torres a rapidement été arrêté par... (La Presse, Bernard Brault)

Agrandir

Le suspect Esteban Torres a rapidement été arrêté par des agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

La Presse, Bernard Brault

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lia Lévesque
La Presse Canadienne
Montréal

L'individu qui aurait agressé le premier ministre du Québec Philippe Couillard, jeudi soir, a été remis en liberté, mais il devra se soumettre à 19 conditions.

Esteban Torres, âgé de 20 ans, a brièvement comparu, vendredi après-midi, au palais de justice de Montréal. Il a enregistré son plaidoyer de non-culpabilité et a entendu la liste des conditions auxquelles il devra se soumettre. La Couronne ne s'est pas opposée à sa remise en liberté.

L'homme a comparu sous des accusations de voies de fait armées avec un objet non identifié et d'avoir troublé la paix.

Vêtu d'un très grand t-shirt noir, cheveux ras, l'homme, bien alerte, a acquiescé quand on lui a lu ses conditions de remise en liberté.

La juge Louise Villemure lui a demandé s'il avait des questions à poser, il a répondu «ouais», puis a ajouté: «est-ce que c'est possible de l'avoir en papier?» Il faisait ainsi référence à la liste des 19 conditions auxquelles il devra se soumettre.

Parmi les conditions qui lui ont été imposées, il devra se tenir à bonne distance du bureau et de la résidence du premier ministre Couillard et des représentants des partis politiques. Il devra s'abstenir de communiquer avec eux également.

Il ne pourra participer à des manifestations sur la place publique à moins que celles-ci soient pacifiques. Et si une manifestation d'abord pacifique s'envenime, il devra alors la quitter sur-le-champ.

Il ne pourra participer aux activités du groupe militant Pink Bloc.

«On croit que son militantisme, pour l'instant, doit être mis de côté. Monsieur doit s'assurer d'avoir un comportement calme et paisible jusqu'à la fin des procédures», a souligné la procureure de la Couronne au dossier, Me Amélie Rivard, qui s'est adressée aux médias après la comparution de M. Torres.

Il devra également rencontrer son médecin traitant et/ou un psychiatre et prendre toute médication qui lui sera alors prescrite.

«On veut s'assurer que monsieur est bien en état de comprendre ses conditions et que son état ne mettra pas lui-même ou quiconque en danger», a justifié Me Rivard.

Il lui est aussi interdit de posséder une arme.

Il devra également garder la paix, faire un dépôt de 500 $ et demeurer chez lui.

«Monsieur s'est engagé devant la Cour à respecter certaines conditions et ces conditions-là garantissent la sécurité tant du plaignant allégué que du reste de la société», a résumé Me Rivard.

De retour en cour en septembre

Il doit revenir devant le tribunal le 15 septembre pour la suite des procédures.

Plusieurs proches et amis de M. Torres ont assisté à sa comparution. Ils n'ont pas voulu donner d'entrevue aux médias. Certains ont invectivé des caméramans et journalistes qui suivaient son avocate dans un corridor, allant jusqu'à se plaindre de harcèlement aux constables spéciaux du palais de justice.

Selon des témoins de l'événement, jeudi soir à Montréal, l'individu a lancé un objet qui ressemble à une grosse boule de papier vers le premier ministre du Québec, à l'occasion d'une veille en l'honneur des victimes de la tuerie d'Orlando dans un bar gai, qui a fait 49 victimes. L'homme avait lui-même pris la parole lors de la cérémonie.

Le premier ministre n'a pas été blessé et il a été emmené prestement hors des lieux par ses gardes du corps.

Du passé

Vendredi matin, le premier ministre Couillard a déclaré que l'incident était derrière lui et qu'il continuait à mener ses activités comme prévu.

De retour dans sa circonscription de Roberval, au Lac-Saint-Jean, il a salué le travail des agents qui assuraient sa sécurité et ceux qui ont rapidement arrêté l'agresseur. L'incident lui est apparu imprévisible.

Le premier ministre a assuré que l'événement ne changerait pas son approche favorisant la rencontre des gens, précisant qu'il ne voulait pas gouverner depuis un bureau.

Quelques réactions

L'agression a provoqué plusieurs réactions sur les réseaux sociaux. En voici quelques-unes:

«S'en prendre physiquement au premier ministre, c'est s'en prendre à l'État. Je dénonce l'agression contre Philippe Couillard.»

- Sylvain Gaudreault, chef de l'Opposition officielle et chef intérimaire de l'aile parlementaire du Parti Québécois

«Nous avions mis la partisanerie de côté, tous unis pour les victimes d'Orlando. Un manifestant s'en est pris au premier ministre. Quelle tristesse!»

- Christine St-Pierre, ministre des Relations internationales

«L'agression contre notre premier ministre: un détournement triste et lâche d'un événement digne et solennel. Je condamne.»

- Bernard Drainville, ex-député péquiste

«Le geste posé contre le premier ministre Philippe Couillard ce soir pendant la vigile est inacceptable et honteux. Tout geste d'intolérance et violent est inadmissible.»

- Denis Coderre, maire de Montréal

«Ce qui s'est produit hier à Montréal est inacceptable. Ne laissons pas la violence nous distraire de ce qui nous réunissait: la solidarité.»

- Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer