Pour qu'il y ait «bestialité», il doit y avoir pénétration - Cour suprême du Canada

Pour qu'il y ait «bestialité», il doit y avoir pénétration, selon la Cour... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

(Ottawa) Pour qu'il y ait «bestialité», il doit y avoir pénétration, selon la Cour suprême du Canada.

Dans un jugement rendu jeudi à six contre un, le plus haut tribunal donne raison à un homme qui souhaitait voir réduite sa peine d'emprisonnement, parce qu'il plaidait qu'il n'y avait pas eu pénétration de l'animal ou de l'une de ses victimes.

L'accusé est un homme qui a été reconnu coupable de sévices sur ses deux belles-filles pendant une dizaine d'années.

Sévices contre ses belles-filles

Alors que la plus vieille d'entre elles était adolescente, il a incité le chien familial à avoir des comportements sexuels avec elle, et a pris des photos et tourné des vidéos des sévices. En 2013, il a écopé de 16 ans de prison, dont deux pour bestialité.

Dans un jugement partagé, la Cour d'appel de la Colombie-Britannique a annulé la peine pour bestialité, donnant raison à l'accusé qui plaidait qu'il n'y avait pas eu de pénétration d'une part ou de l'autre.

La Cour suprême vient maintenir ce jugement, affirmant que c'est aux parlementaires d'élargir la portée de la responsabilité criminelle, pas aux tribunaux.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer