Mort du petit Nathan: Nicolas Lacroix risque 6 ans de pénitencier

Nicolas Lacroix, accusé de l'homicide involontaire du petit... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Nicolas Lacroix, accusé de l'homicide involontaire du petit Nathan Lecours, a terminé son procès seul, faute de pouvoir payer un avocat. L'électricien a clairement admis ne pas être capable de répondre adéquatement à la plaidoirie de la Couronne.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Couronne réclame une peine de six ans de pénitencier pour Nicolas Lacroix, coupable d'homicide involontaire après avoir abattu le petit Nathan Lecours à Lévis. La défense suggère une peine suspendue d'une année, plaidant que la peine minimale de quatre ans serait «cruelle et inusitée».

L'avocat de Nicolas Lacroix a d'entrée de jeu souligné que, quelle que soit la peine, son client ne serait jamais «libre psychologiquement» des terribles événements du 3 mai 2012. Ce jour-là, Nicolas Lacroix s'est présenté chez son amie Mélanie Bissonnette, victime d'un harceleur, pour lui montrer comment se défendre avec un fusil de chasse de calibre .12. Le coup est parti durant la démonstration, fauchant le petit Nathan, deux ans, qui jouait près des adultes.

Au terme d'un procès, Lacroix a été déclaré coupable le 21 janvier 2016.

Aux yeux de la défense, la peine de quatre ans de détention inscrite dans le Code criminel pour un homicide involontaire commis avec une arme à feu est clairement inconstitutionnelle dans le cas de Nicolas Lacroix. «On prive quelqu'un de sa liberté alors que la culpabilité morale de l'accusé est totalement absente», affirme Me Kevin Therrien. 

L'avocat de la défense estime qu'on ne peut placer Nicolas Lacroix, qui voulait seulement aider Mélanie Bissonnette, sur le même pied qu'un policier de la GRC reconnu coupable d'homicide involontaire sur un détenu, en Alberta, qui a écopé de la peine minimale de quatre ans. 

Le représentant de la procureure générale du Québec, Me Jean-François Paré, évalue au contraire que la peine minimale, instaurée en 1995 dans le but de mieux contrôler les armes à feu, s'applique bien au cas de Nicolas Lacroix. «Dans son cas à lui, il est dissuadé, mais la peine minimale, c'est pour la dissuasion générale de la société», fait-il remarquer.

La procureure de la Couronne Me Sarah-Julie Chicoine, qui réclame une peine de six ans de pénitencier, convient que Lacroix avait des intentions nobles. Mais tout le reste de son intervention a été «une succession de comportements inappropriés et dangereux», souligne-t-elle, rappelant que Lacroix était en état d'ébriété lorsqu'il a amené une arme dans la maison d'une jeune mère de famille.

Oui, Lacroix a certainement des remords, note la procureure de la Couronne. «Mais il se maintient dans sa non-responsabilité en continuant d'appeler ça un accident.»

La juge Chantale Pelletier rendra sa décision sur la peine le 28 octobre.

Montré du doigt

La casquette bien enfoncée sur la tête pour échapper à l'oeil des caméras, Nicolas Lacroix en veut visiblement aux médias qui ont suivi son procès.

«Pendant deux semaines de temps, je ne voulais plus sortir de chez moi pour ne pas que les gens me pointent du doigt, a témoigné Nicolas Lacroix. Et avec Facebook et le reste, ça laisse toujours les traces.»

L'électricien de construction âgé de 40 ans estime que ses plans de carrière «sont à l'eau», une source d'inquiétude pour lui qui, dit-il, doit subvenir aux besoins de son fils de 13 ans. 

Lacroix affirme qu'une grosse partie de sa vie s'est brisée le 3 mai 2012 et ne sera peut-être jamais réparée.

Il dit ressentir un sentiment de culpabilité permanent et être sensible «au mal que j'ai fait». «Vous pensez à qui quand vous parlez du mal que vous avez fait?» a insisté la juge Chantale Pelletier. «Aux parents et aux grands-parents de la victime», a répondu Lacroix.

Nathan Lecours est mort en 2012.... (Photothèque Le Soleil) - image 2.0

Agrandir

Nathan Lecours est mort en 2012.

Photothèque Le Soleil

Le morceau manquant pour toujours

La mort violente de Nathan a transformé sa... (tirée de Facebook) - image 3.0

Agrandir

La mort violente de Nathan a transformé sa famille en casse-tête à jamais incomplet, ont fait valoir ses proches. 

tirée de Facebook

Nathan aurait aujourd'hui 6 ans et demi. Il aurait appris à lire et écrire. Aurait sûrement déjà perdu une dent. Sa mort violente a transformé sa famille en casse-tête à jamais incomplet.

La mère, le père et les grands-parents paternels de Nathan ont écrit pour la juge Chantale Pelletier les conséquences de la tragédie.

Mélanie Bissonnette, témoin de la mort de son garçon, dit ressentir un vide existentiel, de la solitude et des regrets à l'infini. «Jusqu'à la fin de ma vie, je devrai vivre des petits deuils de ce qui ne sera jamais vécu par mon fils. Deuil de mon avenir avec lui, deuil du non-dit, du non-vécu, du non-fait.»

Le père de Nathan, Éric Lecours, qui venait de se séparer, mais qui était en très bons termes avec la mère, garde un souvenir photographique du drame. Il revoit encore les policiers interrompre sa course, lorsqu'il se précipitait sur les lieux de la catastrophe, rue Foisy.

Se sentant obligé d'être le chêne debout dans la tempête, Éric Lecours dit avoir pleuré moins qu'on pourrait le penser. «Je ne voulais et ne pouvais pas montrer cette vulnérabilité à n'importe qui.»

Aujourd'hui, le père dit ne plus pouvoir craindre le pire. «Parce que le pire, je l'ai vécu.»

Florian et Micheline Lecours, les grands-parents de Nathan, ont passé l'été 2012 à se balancer dans leur cour, en pleurant, envahis par la perte de leur petit clown, leur petit ange aux bouclettes blondes, qui aimait danser et lancer des cailloux dans le fleuve.

Ils ont engourdi leur peine dans l'alcool durant quelques mois. Ensuite, ils ont décidé, pour honorer la mémoire de Nathan, de suivre le processus judiciaire minute par minute. Hier, c'était leur 43e visite au palais de justice.

«Nicolas Lacroix a enlevé Nathan à son papa et à sa maman, écrit Micheline Lecours. Il a brisé la vie de ses deux frères et de ses grands-parents. C'est comme un casse-tête. Quand tu perds un morceau, ce n'est plus pareil, c'est incomplet.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer