Sous l'emprise de «l'ange Daniel»

Le palais de justice de Québec... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le palais de justice de Québec

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Sous les traits de son beau-père, l'«ange Daniel» devait transmettre de l'énergie à une adolescente de Portneuf. C'était le prétexte pour en faire sa partenaire sexuelle pendant sept ans, selon les dires de la plaignante.

Au procès de son beau-père, accusé d'agression sexuelle, la femme aujourd'hui âgée de 28 ans a raconté le scénario complètement tordu qui lui a tenu lieu d'adolescence.

Alors qu'elle était âgée de 15 ans, Laura (prénom fictif) a été invitée par sa mère à s'asseoir à la table de la cuisine avec elle et son beau-père, un homme que l'adolescente connaît depuis qu'elle a 4 ans. Seule une chandelle éclaire la pièce.

«Ma mère me dit, en pointant mon beau-père : "Je te présente Daniel. C'est un ange d'amour qui nous a beaucoup aidés dans notre vie de couple"», raconte Laura.

D'abord sceptique, Laura finit par croire lorsqu'elle remarque que «l'ange» a une voix et une personnalité différentes de celles de son beau-père. Il peut facilement toucher ses orteils en se penchant, alors que son beau-père a eu le dos endommagé après un accident de travail et est incapable d'un tel mouvement.

La jeune fille a déjà été en contact avec l'ésotérisme; sa grand-mère lui raconte des histoires d'enlèvement par les extraterrestres et son grand-père prétend faire des voyages astraux.

Transmettre de l'énergie

«Daniel» lui explique qu'il pourra lui transmettre de l'énergie et régler ses problèmes d'angoisse et de confiance. Mais comme il est un ange d'amour, la jeune fille doit, pour recevoir l'énergie, avoir des relations sexuelles avec lui. 

Laura va avoir des relations sexuelles avec «l'ange» chaque semaine jusqu'à l'âge de 22 ans.

Pour faire «arriver» Daniel en lui, le beau-père entre dans sa chambre et en ressort quelques minutes plus tard, souriant et calme.

Poussée par sa mère, inquiète des conséquences funestes annoncées si elle n'obtempère pas, Laura continue de visiter «l'ange» même si elle a parfois des doutes, a-t-elle dit.

«Oui, je croyais en Daniel, mais je ne comprenais pas, si c'était vraiment un ange d'amour, qu'il ne voyait pas que je n'étais pas bien là-dedans», a raconté la plaignante, en étouffant des sanglots.

Laura a aussi expliqué que dans l'année précédant la rencontre avec «Daniel», elle avait accepté une relation sexuelle et fait de multiples fellations à son beau-père, qui prétendait être la personne de confiance pour faire son éducation sexuelle.

Le procès se poursuit toute la semaine.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer