Allongement de la piste: le maire des Îles ne pourra plaider sa cause au Parlement

Le débat sur l'allongement de la piste a... (La Presse Canadienne, David Noel)

Agrandir

Le débat sur l'allongement de la piste a été inévitablement relancé par l'écrasement d'avion ayant fait sept victimes, dont Jean Lapierre, le 29 mars.

La Presse Canadienne, David Noel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le maire des Îles-de-la-Madeleine n'aura pas convaincu le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, de l'accueillir à Ottawa pour discuter de l'allongement de la piste de l'aéroport de l'archipel. Le ministre se rendra plutôt aux Îles en juillet, une visite déjà prévue à son horaire.

«J'ai pris bonne note du contenu de votre correspondance et je serai heureux de vous rencontrer pour discuter de ce dossier», peut-on lire dans la lettre envoyée au maire des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre, mercredi, et dont Le Soleil a obtenu copie auprès du cabinet du ministre. «Il ne sera pas nécessaire de vous déplacer à Ottawa, en engageant des frais pour vos commettants, étant donné que je prévois déjà me déplacer aux Îles-de-la-Madeleine au mois de juillet. Je vous propose donc de tenir cette rencontre à ce moment.»

Cette réponse survient trois semaines après que Jonathan Lapierre eut envoyé une lettre au cabinet du ministre, le 2 mai, réclamant un tête-à-tête avant la fin de la session parlementaire. Le maire, n'ayant reçu qu'un accusé de réception depuis, a accentué la pression dans une entrevue accordée au Soleil, samedi dernier. «Ici, ce n'est pas un aéroport secondaire ou complémentaire, c'est un service essentiel. Quand c'est urgent, ça prend l'avion», s'était-il impatienté, déplorant que le dossier traîne depuis 20 ans au ministère des Transports fédéral. «L'été, aussi bien dire en septembre. Je ne veux pas attendre à l'été», avait-il tranché.

Selon M. Lapierre, le débat a été inévitablement relancé par l'écrasement d'avion ayant fait sept victimes, dont Jean Lapierre, le 29 mars. Il souhaite que, tout comme son administration, Transports Canada en fasse une priorité. Le représentant des Madelinots estime qu'il s'agit d'un enjeu de sécurité publique. La longueur, combinée à d'autres facteurs, comme les conditions météo, empêche parfois le recours à l'avion-ambulance, force l'annulation de vols et cause des pénuries de matériel, dont des médicaments.

Dynamique différente

Joint jeudi, M. Lapierre n'a pas caché sa déception de ne pas pouvoir se rendre au Parlement. Selon lui, un voyage à Ottawa aurait permis l'accès à certains fonctionnaires touchés par le dossier et une rencontre potentiellement plus productive. «Ce n'est pas la même dynamique», a-t-il souligné.

Même s'il n'a pas obtenu ce qu'il souhaitait, il s'est réjoui de la visite du ministre. «C'est vraiment intéressant qu'un ministre des Transports vienne aux Îles. On ne peut pas refuser de le rencontrer! On n'est pas en guerre.»

Aucune date n'a encore été confirmée pour cette rencontre, qui sera aussi l'occasion de discuter de plusieurs autres préoccupations liées à l'insularité des Îles-de-la-Madeleine.

Tout comme samedi dernier, M. Garneau n'était pas disponible pour une entrevue, jeudi.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer