Poudre pour bébés et cancer des ovaires: un recours collectif intenté au Canada

La poursuite allègue que Johnson & Johnson a... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

La poursuite allègue que Johnson & Johnson a été «négligente dans le développement, les tests, la conception, la fabrication, la distribution, la réglementation, le marketing et la vente de sa poudre pour bébés Johnson's».

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Toronto

Les produits de poudre pour bébés de l'entreprise Johnson & Johnson sont au coeur d'un recours collectif intenté au Canada, qui invoque un lien entre ces produits et le cancer des ovaires pour des femmes en ayant fait l'usage pendant une longue période.

Les demandeurs incluent sept femmes et membres d'une famille résidant en Ontario et au Québec, et la succession d'une femme de Montréal qui est morte, en mars, d'un cancer des ovaires à l'âge de 66 ans.

Les firmes torontoises Rochon Genova et Will Davidson pilotent l'action collective contre la filiale canadienne de Johnson & Johnson. La poursuite allègue que Johnson & Johnson a été «négligente dans le développement, les tests, la conception, la fabrication, la distribution, la réglementation, le marketing et la vente de sa poudre pour bébés Johnson's».

Les allégations n'ont pas été prouvées en cour et Johnson & Johnson n'a pas immédiatement répondu à une demande d'entrevue. L'entreprise fait aussi face à des litiges aux États-Unis. Depuis, la compagnie a dit assurer la sécurité de son produit.

72 millions $ accordés à une famille

L'action collective survient à la suite de la décision d'un juge au Missouri, qui a octroyé 72 millions US$ à la famille d'une femme morte d'un cancer des ovaires après avoir utilisé pendant des années des serviettes hygiéniques Johnson & Johnson qui contenaient du talc.

Plus tôt ce mois-ci, un autre juge américain a ordonné à Johnson & Johnson de verser 55 millions US $ en dommages et intérêts à une femme qui affirmait que son cancer des ovaires avait été causé par une utilisation à long terme de la poudre pour bébés Johnson's.

Les demandeurs canadiens allèguent que la poudre pour bébés de la compagnie «est un produit défectueux et fondamentalement dangereux» parce qu'il cause le cancer des ovaires ou augmente les risques de le contracter chez les femmes qui l'appliquent (ou qui l'ont appliqué) sur la région périnéale.

L'action collective allègue aussi que Johnson & Johnson connaissait les dangers de ses produits de poudre pour bébés, mais «n'a pas divulgué ces défauts et les risques pour la santé et la vie des plaignants», en plus de ne pas rappeler le produit au Canada.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer