Un chauffard sur neige risque le pénitencier

Un délinquant des pistes de motoneige, Léopold Cantin, pourrait passer les deux... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un délinquant des pistes de motoneige, Léopold Cantin, pourrait passer les deux prochaines années derrière les barreaux pour avoir multiplié les frasques sur son engin.

L'homme de bientôt 69 ans s'est même battu avec un patrouilleur de la Sûreté du Québec qui tentait de l'arrêter sur les sentiers le 26 février dernier, à Saint-Raymond.

Cantin s'était fait repérer par deux policiers à motoneige, car il conduisait même s'il est sous le coup d'une interdiction de 10 ans, soit jusqu'en 2021.

Après la brève poursuite, Léopold Cantin a percuté la motoneige du policier. L'agent a réussi à enfoncer le bouton d'urgence de la motoneige du délinquant mais ce dernier, très agressif, lui a donné des coups de poing sur la main puis sur le casque.

Le policier a dû se battre avec Léopold Cantin jusqu'à l'arrivée de son coéquipier. Fou furieux, le motoneigiste vociférait et hurlait qu'«il n'y a plus les moyens d'aller faire son épicerie tranquille!»

Léopold Cantin s'était aussi fait arrêter deux fois en janvier et février pour avoir conduit sa motoneige sans permis.

Longue liste

Ces infractions, pour lesquelles il a reconnu sa culpabilité lundi, étaient les dernières d'une longue liste de délits sur la route, a rappelé le procureur de la Couronne, Me Guillaume Michaud. Au fil des ans, Léopold Cantin a accumulé une vingtaine de conduites dangereuses, délits de fuite, refus de s'arrêter et autres conduites durant interdiction.

En 2011, Cantin a écopé d'une peine de six mois de prison, peine qui n'a pas eu grand effet, constate Me Michaud. «Il ne comprend pas et à l'âge qu'il est rendu, je ne suis pas certain qu'il comprenne», a dit le procureur de la Couronne, en réclamant une peine de pénitencier de deux ans.

L'avocate de la défense Me Suzy-Guylaine Gagnon, juge carrément exagérée cette suggestion. «La criminalité de monsieur est toujours reliée au fait qu'il ait ou pas son permis de conduire, note Me Gagnon. Si monsieur avait un permis, on n'aurait pas de problème.»

La défense suggère une peine de 12 mois de prison, de laquelle elle demande de déduire l'équivalent de quatre mois et demi déjà purgés par le chauffard depuis son arrestation.

La juge Marie-Claude Gilbert rendra sa décision mardi.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer