Agression au marteau dans Limoilou

Un suspect s'est fait passer les menottes malgré... (Collaboration spéciale Steve Jolicoeur)

Agrandir

Un suspect s'est fait passer les menottes malgré d'apparentes blessures à une main et à la jambe. Elles ont vraisemblablement été infligées par une arme à feu.

Collaboration spéciale Steve Jolicoeur

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Une nébuleuse histoire d'agression, survenue lundi dans Limoilou, a mené deux hommes à l'hôpital, l'un à la suite de blessures par balle, l'autre après avoir été frappé à coups de marteau.

Les policiers ont été appelés vers 13h30 pour se rendre dans l'immeuble à logements du 140, boulevard des Alliés, près du Centre Vidéotron. Selon des témoins rencontrés sur place, un homme - peut-être deux - aurait pénétré dans le bloc sans y être invité, profitant du fait que le système de verrouillage de la porte d'entrée est défectueux.

Le ou les suspects sont ensuite entrés dans le logement où se trouvait un homme, hébergé temporairement par le locataire des lieux. La victime a reçu de nombreux coups de marteau, dont quelques-uns à la tête.

«J'ai entendu crier : "Au secours! J'ai besoin d'aide". Au début, je n'étais pas sûr, mais je me suis rendu compte qu'il se passait vraiment quelque chose. Alors, j'ai appelé le 9-1-1», raconte au Soleil le locataire situé au-dessus de l'appartement où s'est déroulée l'agression.

Un autre voisin a été réveillé brutalement par des coups frappés à sa porte. «J'ai ouvert et j'ai vu un homme avec du sang partout sur son gilet. Il avait l'air mal en point», relate celui qui a aussi appelé le 9-1-1. La victime a subi un traumatisme crânien. Il était conscient lors de son transport par ambulance. La police ne pouvait confirmer, lundi, la gravité de ses blessures, mais on ne craint pas pour sa vie.

Pendant ce temps, les policiers arrêtaient à l'extérieur de l'immeuble celui qu'on suppose être l'un des agresseurs. L'homme dans la vingtaine a fui les lieux après avoir été vraisemblablement atteint par balle à une jambe et à une main. Il se trouvait derrière le bâtiment.

Malgré ses blessures, il était conscient et s'est même fait passer les menottes avant d'être transporté à l'hôpital. On ne connaît pas le calibre de l'arme qui a servi. Pas plus n'a-t-il été possible d'apprendre, lundi, à qui elle appartenait. Cependant, on peut affirmer qu'il ne s'agit pas d'un tir policier.

Recherche d'indices

En fin d'après-midi, les enquêteurs tentaient toujours de reconstituer la trame des événements et de comprendre la raison de l'agression. Le porte-parole de la police ne pouvait dire si d'autres suspects faisaient l'objet de recherche dans cette histoire.

De toute évidence, les enquêteurs étaient à la chasse aux indices. Le maître-chien a ratissé le secteur et un camion-échelle des pompiers de Québec a été déployé pour faire des recherches sur le toit de l'immeuble. Il a été impossible de savoir quel était l'objet de cette recherche. Peut-être était-ce le marteau ou l'arme à feu? Le Soleil n'a obtenu aucune réponse.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer