27 personnes âgées à la rue après un incendie en Gaspésie

Des employés des services sociaux, de la Croix-Rouge, des bénévoles et divers... (Photo Archives La Presse)

Agrandir

Photo Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Gilles Gagné</p>
Gilles Gagné

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Bonaventure) Des employés des services sociaux, de la Croix-Rouge, des bénévoles et divers membres des familles des 27 locataires de l'Oasis de la Baie tentent depuis dimanche d'aider le propriétaire de l'établissement, Magella Arbour, à leur redonner un semblant de vie normale, eux qui ont tout perdu dans un brasier majeur survenu à Bonaventure, en Gaspésie.

M. Arbour lui-même doit se trouver un toit, lui qui vivait depuis trois ans dans son édifice. Les trois ailes du complexe abritaient 26 logements et les bureaux de la Société de l'assurance-automobile du Québec. Tout a été rasé à la suite d'un feu qui s'est manifesté peu avant 14h30.

Ce sont des personnes âgées autonomes qui vivaient dans l'Oasis de la Baie, à quatre exceptions près. L'évacuation a été facilitée puisque la plupart des locataires se trouvaient dans la salle commune, en train d'écouter un orchestre, comme c'était souvent le cas le dimanche.

Magella Arbour, qui se trouvait sur les lieux dimanche, savait toutefois que trois de ses locataires étaient dans leur chambre, et il est rentré dans l'édifice pour les aider à sortir.

«Je n'ai pas eu le choix de rentrer trois fois. Je ne pouvais les laisser là. C'était mon devoir», dit-il, la voix parfois inaudible en raison de l'émotion, 24 heures après l'événement. Les dommages dépassent 1 million $.

Si son premier aller-retour dans la résidence s'est bien déroulé pour sortir une locataire, les deux autres ont été plus ardus. «C'était d'abord pour un monsieur sourd, complètement sourd, qui n'a donc pas entendu l'alarme. Je l'ai tiré par les pieds avant de le placer sur une chaise roulante. Il commençait à y avoir pas mal de fumée», dit-il.

Pour le troisième locataire, Magella Arbour a «pensé mourir. Je cherchais André. Je suis tombé. J'ai rampé. J'ai réussi à me rendre vers la sortie. C'est mon ancien beau-frère qui est venu le chercher.»

Les 27 résidents ont immédiatement été regroupés dehors, puis conduits en autobus au motel de la Plage. Une personne est allée dans sa famille, et deux autres résidents, dont Magella Arbour, ont trouvé refuge dans un autre hôtel.

«Tout le monde est sorti avec le linge qu'il portait, pas plus. C'est mon cas. Demain [mardi], on va recommencer à s'organiser. Je suis en mode pour les [leslocataires] replacer quelque part. Le CLSC devra prendre la relève quand je ne serai plus capable. Je vais aussi devoir me trouver un toit. Je ne reconstruirai pas. J'étais près de la retraite. J'aurais fait quelques années encore», précise M. Arbour, qui tient à féliciter «la Croix-Rouge, le CLSC, [ses] quatre employés, les membres de [sa] famille et des bénévoles».

Enquête

La cause de l'incendie demeure l'objet d'une enquête, précise David Thibault, chef pompier de la MRC de Bonaventure. «La fumée a commencé à sortir par le toit. On écarte l'hypothèse d'un incendie criminel. C'est un feu de nature accidentelle. Il faudra y aller avec des témoignages [pour enquêter]».

L'incendie a mobilisé à divers degrés 10 brigades d'incendie éparpillées sur plus de 100 kilomètres de territoire.

«En partant, dans un feu de résidence pour personnes âgées, trois casernes doivent répondre et [les pompiers de] Saint-Siméon, New Carlisle et Bonaventure sont venus d'emblée. Puis Saint-Elzéar a été appelé. Après quelques heures, 10 services incendie avaient été alertés et j'avais 77 pompiers mobilisés. Des pompiers de Chandler [à 85 kilomètres du brasier] sont venus en renfort, parce que certains de nos pompiers avaient utilisé quatre à cinq bouteilles d'air. Ils étaient épuisés. En même temps, les pompiers de Port-Daniel se sont rendus à Paspébiac parce que la MRC de Bonaventure était à découvert», explique M. Thibault.

Depuis la tragédie de L'Isle-Verte, qui a fait 32 victimes en 2014 dans une résidence pour personnes âgées, les services incendie ont modifié leur stratégie d'intervention, notamment pour le nombre de casernes devant intervenir dès l'alarme, nombre qui est passé de deux à trois.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer