Accident de moto dans Bellechasse: «c'était des passionnés»

Alain Boutin et Sylvie Lachance Boutin, décédés samedi,... (Tirée de Facebook)

Agrandir

Alain Boutin et Sylvie Lachance Boutin, décédés samedi, sont bien connus dans le milieu du mototourisme.

Tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le couple de motocyclistes, Alain Boutin, 65 ans, et sa conjointe, Sylvie Lachance Boutin, 58 ans, décédé samedi à Saint-Nazaire-de-Dorchester, dans Bellechasse, pratiquait sa passion depuis plus de 20 ans.

«Je suis tellement bouleversé. Je n'ai pas de mots.» Au bout du fil, Claude Paradis essaie tant bien que mal d'expliquer l'inexplicable. Le responsable de la sécurité pour l'Association de mototourisme de la capitale a perdu un ami et un mentor.

«C'est Alain qui m'a montré à faire de la moto et m'a accueilli dans l'Association en 1999, se remémore-t-il. Sylvie et lui étaient un couple de retraités avec plein de projets. C'est désolant.» Le sexagénaire devait d'ailleurs célébrer son 66e anniversaire lundi.

M. Boutin occupait la vice-présidence de l'Association. Il était responsable des sorties de groupe. Il avait organisé celle de samedi au cours de laquelle sa conjointe et lui ont perdu la vie sur la route 216, près du 3e Rang.

Radio-Canada a parlé à Gaétan Poitras, un membre du groupe qui a assisté à la scène. «On ne le voyait pas à l'avance, on l'a vu à la dernière minute, a expliqué l'homme, sous le coup de l'émotion, en parlant de la camionnette. Quand il a pris sa courbe, il a traversé les deux lignes de deux à trois pieds [...] Il n'y avait rien à faire.» Selon lui, les deux victimes étaient déjà mortes au moment où il s'est approché de leur engin.

«C'est lui qui avait bâti tout le calendrier de sorties pour l'été, reprend M. Paradis. On parlait déjà de la prochaine randonnée prévue à Manic 5 pour la Confédération. On partait souvent ensemble lors de longues fins de semaine.»

M. Paradis décrit son ami comme un conducteur de moto aguerri et très prudent. «C'est un excellent motocycliste. Il a gagné plusieurs fois le prix de la sécurité qu'on remet à un des membres.»

Il avait récemment discuté avec la victime de sécurité à moto lors de la traditionnelle formation sur la sécurité donnée chaque début de saison. «On échangeait sur le fait que les routes ne sont pas toujours belles et que nous sommes parfois invisibles pour les automobilistes. Se méfier du comportement des autres usagers de la route est d'ailleurs un sujet sur lequel on insiste beaucoup.»

«C'était vraiment des passionnés», lance M. Boutin à propos du couple. Ils ont beaucoup voyagé à l'extérieur des frontières du Québec, notamment aux États-Unis. Le destin a fait qu'ils ont péri à moins de 100 kilomètres de leur domicile.

Convoi frappé par une camionnette

M. Boutin et sa femme étaient en tête du convoi de cinq motos lorsque le conducteur d'une camionnette, un homme de 36 ans, a dévié de sa voie pour les percuter. Ce dernier semble être à l'origine de l'impact fatal. La Sûreté du Québec a affirmé, samedi, que le groupe circulait en direction ouest lorsque la camionnette du trentenaire, qui roulait vers l'est, a été déportée dans la voie inverse.

Dimanche, la sergente Christine Coulombe ne pouvait avancer aucune hypothèse pour expliquer le changement de voie de la camionnette. Toutefois, l'alcool ne serait pas en cause.

Secteur à problèmes

Le maire de l'endroit, Claude Lachance, a indiqué au Soleil samedi que l'endroit où s'est produit l'accident est un secteur «problématique». La route forme un «S» en pente. Pour lui, il pouvait s'agir d'une imprudence liée à la vitesse.

Le ministère des Transports a déjà modifié cette partie de la route afin de la rendre plus sécuritaire. La limite de vitesse actuelle est de 65 km/h. Il entend regarder les possibilités au cours des prochaines semaines pour revoir la signalisation dans le secteur, notamment par l'ajout de panneaux de signalisation.

Le début de saison est difficile pour les adeptes de la moto. Jeudi, un accident de moto a fait deux blessés, à Pont-Rouge. L'un des deux hommes est toujours entre la vie et la mort. Dans ce cas-ci, les conducteurs seraient les artisans de leur propre malheur. Selon plusieurs témoins, les deux motocyclistes roulaient à grande vitesse sur la route Grand-Capsa lorsqu'ils ont perdu la maîtrise de leurs engins dans une courbe.

Les automobilistes appelés à la vigilance

Si le fait de rouler en convoi réduit... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 3.0

Agrandir

Si le fait de rouler en convoi réduit le risque de ne pas être vu par une voiture, cela n'est pas suffisant pour assurer sa sécurité à moto.

Le Soleil, Yan Doublet

Un instructeur de moto invite les conducteurs automobiles à être plus attentifs, surtout lorsque les deux roues reprennent la route au printemps.

Steeve Gauvreau est copropriétaire de l'École de moto centre-ville. Trop souvent, les automobilistes ne sont pas suffisamment attentifs à leur environnement, reproche-t-il. «Ce qui arrive souvent, c'est que les conducteurs automobiles sont habitués à voir des voitures. Une moto, c'est moins visible et moins large, donc plus vulnérable.» Il ne suffit pas toujours de rouler en convoi, comme c'était le cas samedi, pour assurer sa sécurité. Comme il ne suffit pas pour les motocyclistes de s'assurer d'être visibles et voir venir les obstacles.

«Les conducteurs automobiles n'ouvrent pas leurs yeux. Ils voient la voiture devant eux, mais sont préoccupés par leurs textos ou parce qu'ils boivent du café. Ce sont des automobilistes en manque d'attention», soutient-il.

Pourtant, souligne M. Gauvreau, le nouveau Code de la sécurité routière demande d'adopter des attitudes coopératives et sécuritaires entre les différents usagers. Faute de pouvoir compter en tout temps sur cette collaboration, il enseigne à ses élèves à être doublement prudents.

La sécurité d'abord

L'instructeur ne lésine pas sur la sécurité. Il consacre huit heures et demie de cours sur le sujet bien qu'il est tenu d'en offrir un minimum de six heures. «On leur dit de regarder loin, regarder large, regarder en arrière. Le motocycliste est généralement beaucoup plus vigilant parce qu'il a les deux mains sur le guidon et regarde son environnement. Le bumper, c'est toi. Alors, tu veux voir à ta propre sécurité», tranche-t-il.

Le récent bilan de la Société d'assurance automobile du Québec (SAAQ) fait état d'une hausse de 25 % du nombre de décès chez les motocyclistes en 2015 avec un total de 50 victimes. Ce chiffre pourrait être en corrélation avec le nombre de motocyclettes en circulation au Québec qui augmente de 6500 ou 4,5 % par année. La SAAQ a lancé récemment une campagne de sensibilisation auprès des motocyclistes. Elle fait également la promotion sur les réseaux sociaux du modulateur de phare à intensité variable, qui augmente la visibilité des motos.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer