90 % de Fort McMurray sauvé des flammes

L'incendie a laissé sur son passage des squelettes... (AFP, Jonathan Hayward)

Agrandir

L'incendie a laissé sur son passage des squelettes de meubles, de véhicules et d'édifices. L'hôtel Super 8 a été rasé : seul son célèbre écriteau rouge et jaune est resté.

AFP, Jonathan Hayward

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lauren Krugel
La Presse Canadienne
Edmonton

 La première ministre de l'Alberta, Rachel Notley, a annoncé lundi que 2400 édifices avaient été détruits lorsque «l'océan de flammes» a déferlé sur la ville de Fort McMurray.

Mme Notley a toutefois tenu à souligner le travail des pompiers qui sont arrivés à protéger quelque 25 000 bâtiments qui étaient fortement menacés par les flammes.

La première ministre a dit qu'elle avait été encouragée de voir ces «pompiers héroïques» freiner le brasier qui aurait pu causer beaucoup plus de dommages dans la municipalité, située dans le nord de l'Alberta.

Elle a ajouté que ce «dur travail» avait permis vraisemblablement de conserver près de 90 % du territoire de Fort McMurray.

Les hôpitaux, les édifices municipaux et toutes les écoles ont été épargnés, a-t-elle précisé.

Mme Notley a toutefois prévenu qu'il faudrait encore au moins deux semaines avant que les résidants ne puissent réintégrer leurs domiciles. Selon le chef des pompiers de Fort McMurray, Darby Allen, plusieurs secteurs de la ville manquent d'électricité, de gaz et d'eau.

Environ 80 000 personnes ont été forcées de quitter la ville lorsqu'un immense incendie de forêt s'est propagé dans plusieurs quartiers de la ville, la semaine dernière.

«Nous sommes fiers de toutes les personnes qui ont travaillé à (combattre) cet incendie. Nous voulons dire à nos citoyens que leur maison est encore ici. Aussitôt que nous pourrons vous ramener, nous le ferons», a assuré M. Allen.

Le chef des pompiers a affirmé que 40 à 50 pour cent du territoire de Fort McMurray aurait pu être rasé si les pompiers n'avaient pas réussi à tenir le brasier loin de plusieurs quartiers.

Mme Notley et M. Allen ont pris la parole après avoir accompagné les journalistes dans une visite de la ville pour constater l'ampleur des dégâts.

L'incendie a abandonné sur son passage des squelettes de meubles, de véhicules et d'édifices. Des maisons qui sont restées intactes font maintenant face à un cratère de l'autre côté de la rue.

L'hôtel Super 8 n'est plus. Seul son célèbre écriteau rouge et jaune est resté.

Les travaux de reconstruction ont déjà commencé dans la ville durement éprouvée; des équipes s'affairaient notamment à réparer les lignes électriques.

Les autorités optimistes

Les températures plus fraîches et une faible pluie ont donné espoir aux autorités qui tentent de combattre l'incendie qui n'est toujours pas maîtrisé.

Avec des prévisions de températures plus fraîches pour les trois ou quatre prochains jours, l'un des responsables de la lutte aux incendies de l'Alberta, Chad Morrison, a déclaré que les pompiers devraient être en mesure d'éteindre les foyers d'incendie les plus brûlants. Et cela leur a permis de protéger encore plus Fort McMurray, dit-il.

L'incendie qui a dévasté Fort McMurray la semaine dernière se trouvait lundi à une trentaine de kilomètres de la Saskatchewan, la province voisine à l'est.

Un autre foyer se trouvait quant à lui à une quinzaine de kilomètres de la frontière, mais ces deux incendies étaient situés tout de même à plus de 50km de la localité la plus proche dans cette province - comme La Loche ou Buffalo Narrows. Par ailleurs, les violents incendies de forêt qui ont dévasté la Saskatchewan l'an dernier laisseraient peu de «carburant» aux feux de cette année, explique Steve Roberts, de la direction de la lutte contre les incendies de forêt dans cette province.

Le député fédéral de la région, David Yurdiga, qui a visité Fort McMurray dimanche, s'est dit maintenant plus optimiste.

«On va se relever beaucoup plus rapidement que je ne le pensais. Toutes nos infrastructures-clé sont encore debout. Notre hôpital est là, nos écoles. Notre usine de traitement des eaux fonctionne», a-t-il déclaré aux journalistes.

«J'ai visité probablement tous les quartiers de Fort McMurray et 80 pour cent des maisons sont toujours debout, a-t-il dit. Dans certains secteurs, vous ne sauriez même pas qu'il y a eu un incendie.»

À Edmonton, là où bon nombre de résidants de Fort McMurray se sont installés, les autorités sanitaires signalent par ailleurs ce qui semble être une épidémie de gastroentérite. Une cinquantaine de personnes - jeunes et vieilles - installées dans un centre d'accueil pour déplacés sont tombées malades en fin de semaine. La promiscuité semble accroître les risques de contagion, indique-t-on.

La Croix-Rouge dit avoir récolté 60 millions $ en dons jusqu'à présent.

La première ministre de l'Alberta, Rachel Notley, et le... (La Presse Canadienne, Jonathan Hayward) - image 4.0

Agrandir

La première ministre de l'Alberta, Rachel Notley, et le chef des pompiers de Fort McMurray, Darby Allen, ont pris la parole lundi après avoir accompagné les journalistes lors d'une visite de Fort McMurray pour constater l'ampleur des dégâts.

La Presse Canadienne, Jonathan Hayward

Cendres toxiques

Le danger créé par les incendies de forêt de Fort McMurray qui ont détruit des pâtés de maisons entiers dans cette ville du nord de l'Alberta ne va pas disparaître lorsque les flammes s'éteindront.

Des recherches menées sur les incendies en Californie qui ont brûlé des maisons et des communautés suggèrent que de tels brasiers laissent derrière eux un héritage de cendres corrosives et de métaux lourds toxiques.

La Californie a eu de tristes expériences avec les incendies de forêt qui ont dévasté des régions urbaines.

Chaque été, des maisons sont la proie de flammes en provenance des forêts, dit Scott Stephens, un scientifique spécialisé en incendies à l'Université de Californie à Berkeley.

Les brasiers suffisamment gros et puissants pour se frayer un chemin dans les communautés dégagent généralement une chaleur suffisante pour brûler les hydrocarbures comme les panneaux de vinyle, les tapis en nylon et les produits chimiques conservés dans les maisons.

Le feu incinère la plupart de ces matériaux, a déclaré M. Stephens.

«Cela a un impact sur la qualité de l'air, mais les articles en vinyle, les pneus et des matériaux auxquels vous ne pourriez penser... la plupart de ces choses sont parties en fumée», a-t-il ajouté.

Des maisons peuvent brûler pendant plus d'une heure à des températures de plus de 1500 degrés Celsius, a-t-il dit.

«Vous tenterez de trouver votre lave-vaisselle ou votre réfrigérateur. Vous pourrez trouver son moteur, vous pourrez trouver quelques petites choses, mais la plupart auront tout simplement disparu», a-t-il dit.

Et les cendres laissées sur place posent un réel danger.

Corrosives

Le Bureau des études géologiques des États-Unis a trouvé que les cendres laissées par les incendies de forêt qui ont détruit des maisons en Californie en 2007 et 2008 étaient beaucoup plus alcalines que les cendres provenant de feux de bois.

Mélangées avec de l'eau, ces cendres étaient presque aussi corrosives que du nettoyant à four.

Elles étaient aussi contaminées avec des métaux, certains d'entre eux toxiques. De l'arsenic, du plomb, du cuivre, du zinc et du chrome ont tous été trouvés à des niveaux excédant les normes de l'Agence de protection environnementale. Les particules de cendres des incendies urbains tendent aussi à être plus petites et plus facilement inhalées.

Plusieurs comtés traitent ces cendres comme des déchets dangereux, a déclaré Geoff Plumlee, un géochimiste qui a mené une bonne partie des recherches américaines.

Les experts californiens disent que toute personne retournant à une maison brûlée par un incendie de forêt devrait s'habiller en conséquence - des manches longues et des pantalons, des bottes, des gants, un masque et des lunettes protectrices. Les gens se font dire de remuer les cendres le moins possible.

Lévis donne 5000 $ pour Fort McMurray

La Ville de Lévis verse une somme «symbolique» de 5000 $ à la Croix-Rouge canadienne pour venir en aide aux sinistrés de Fort McMurray. Elle se porte également volontaire pour venir en aide à la Ville ou au gouvernement albertain. Elle a informé le ministère québécois de la Sécurité publique que ses pompiers et autres employés formés en situation d'urgence seront à sa disposition en cas de besoin. «S'il fallait que la situation se détériore davantage, nos gens sont disponibles», a soutenu le maire, Gilles Lehouillier. 

Avec Patricia Cloutier

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer