Plusieurs candidats jurés font le «palais buissonnier»

Le palais de justice de Québec... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le palais de justice de Québec

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Quel mal mystérieux a donc frappé les candidats-jurés au procès de Simon Royer-Bonneau? Près des deux tiers des citoyens convoqués ont fait le «palais buissonnier» lundi. S'ils ne se présentent pas d'ici mercredi matin, ces candidats risquent une accusation d'outrage au tribunal.

La shérif Roxane Beaumont avait perdu son sourire lundi matin en constatant que seulement 64 des 150 candidats jurés attendus avaient pris place dans la grande salle d'audience des assises.

Simon Royer-Bonneau, 26 ans, de Joly, est accusé d'agression sexuelle sur une ancienne copine et de menaces de mort à l'endroit de cette plaignante et de sa fille de trois ans.

L'accusé a demandé à subir son procès en anglais. Le procès a été transféré du district judiciaire de la Beauce vers celui de Québec afin d'avoir un plus grand bassin de jurés bilingues.

Est-ce justement la procédure en anglais qui a effrayé les candidats jurés? Dans la sommation, une lettre - écrite en français - informait les citoyens qu'ils pouvaient être exemptés de leur devoir s'ils ne comprenaient pas suffisamment la langue de Shakespeare. Plus d'une centaine ont d'ailleurs communiqué à l'avance avec la shérif pour bénéficier d'une telle exemption.

Les 86 candidats jurés ont jusqu'à mercredi 9h30 pour se présenter à la salle 4.01 du palais de justice de Québec. À défaut de quoi, le juge François Huot de la Cour supérieure a annoncé que des mandats d'arrestation seraient lancés contre chacun d'entre eux. Les citoyens déserteurs pourraient être arrêtés par la police pour faire face à une accusation d'outrage au tribunal, une infraction passible d'une peine maximale d'un an d'emprisonnement.

Le juge Huot a déjà ordonné l'émission de mandat d'arrestation pour des candidats jurés lors d'un procès pour meurtre à Rimouski.

Et à Québec, les juges ont aussi demandé à quelques reprises à la shérif et aux constables spéciaux de patrouiller la ville pour remettre en main propre la sommation aux candidats. Ils pourraient devoir le faire à nouveau pour trouver les 86 absents de lundi, avec les frais que cela implique pour le système judiciaire.

En fin de journée lundi, 12 jurés bilingues avaient été sélectionnés pour le procès de Simon Royer-Bonneau. L'ordonnance du juge pour les candidats absents reste en vigueur.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer