Procès UPAC: des mots doux entre le patron d'EBR et un fonctionnaire

En juin 2014, l'UPAC avait perquisitionné chez Informatique... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

En juin 2014, l'UPAC avait perquisitionné chez Informatique EBR.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Salut mon beau». «Merci mon amour». Le ton était assurément à la familiarité entre le patron d'EBR Informatique Mohamed El Khayat et le cadre du ministère de la Sécurité publique Abdelaziz Younsi au moment où l'entreprise soumissionnait pour des contrats. Une proximité qui, pour la poursuite, a joué un rôle dans la fraude alléguée.

El Khayat, 57 ans, cofondateur de la firme EBR Informatique, fermée depuis les événements, et Younsi, 51 ans, patron de l'informatique au ministère de la Sécurité publique (MSP), subissent depuis l'automne dernier leur procès pour répondre à des accusations d'abus de confiance, de complot et d'une fraude qui aurait duré plus de trois ans et coûté 400 000 $ à l'État québécois.

La poursuite allègue que les deux hommes ont manoeuvré pour que EBR Informatique obtienne un contrat public de renouvellement d'ordinateurs d'une valeur de 3,3 millions $. Toujours selon les allégations du ministère public, une comptabilité parallèle avait été mise en place et un crédit de 400 000 $ a été ouvert chez EBR au bénéfice du ministère de la Sécurité publique. Selon les conclusions de l'enquête, une partie du crédit n'a jamais été utilisée par le MSP.

Après plusieurs semaines de mise en place, les parties entrent dans le coeur du litige. La poursuite a déposé hier une série de courriels saisis dans l'ordinateur de Mohamed El Khayat pour démontrer la grande proximité qui liait les deux accusés.

«M. Younsi et M. El Khayat, ce ne sont pas des connaissances, pas des contacts d'affaires, ce ne sont pas des amis. Ce sont des gens très près l'un de l'autre et c'est cette proximité-là qui va donner lieu aux infractions qui sont reprochées», allègue le procureur de la Couronne, Me Julien Tardif. «Toute la question de la partialité est un élément très important dans la considération des intérêts qui ont été servis dans le contexte d'un abus de confiance.»

Il est d'autant plus pertinent, soumet le procureur de la Couronne, d'établir le lien devant la cour que lors de son arrestation, Mohamed El Khayat ne reconnaissait pas clairement être en relation avec Abdelaziz Younsi. Depuis, les deux accusés ont admis qu'ils étaient amis.

L'avocat de Mohamed El-Khayat, Me Stéphane Poulin, a demandé qu'une ordonnance de non-publication couvre les courriels personnels de son client. Le juge Alain Morand n'a pas consenti à la requête, affirmant n'avoir pas d'assises, à ce stade, pour restreindre la liberté de presse et la publicité des débats judiciaires.

Si, dans certains échanges, le patron d'EBR et le directeur au MSP se vouvoient, dans d'autres courriels, envoyés à partir des mêmes adresses, ils sont beaucoup moins formels.

«Bonjour mon chéri. Paris est belle, mais sûrement plus avec toi», écrit El Khayat en août 2008 dans un courriel où il fait suivre à Abdelaziz Younsi le curriculum vitae d'un de ses cousins.

Dans un autre courriel, en avril 2009, El Khayat demande à son ami «Azza» de passer à la pharmacie pour lui chercher du décongestionnant.

La Couronne a aussi déposé en preuve des photos des deux accusés en voyage, notamment à Paris devant la tour Eiffel. Le ministère public entend faire la preuve que les billets d'avion du patron de l'informatique au ministère de la Sécurité publique ont été payés par EBR Informatique.

L'enquête de l'UPAC aurait aussi démontré, selon les courriels déposés à la cour hier, que EBR Informatique a acheté une télé 46 pouces à M. Younsi.

À une autre occasion, selon les courriels déposés à la cour, c'est le cadre du MSP qui aurait proposé de dépanner le fils de Mohamed El-Khayat qui avait perdu son téléphone cellulaire.

Le procès se poursuit pour quatre semaines. Il est déjà acquis que cette durée sera insuffisante et que les parties se reverront en juin, à l'automne et probablement aussi en 2017.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer