Les faits divers en bref

Rémy Bernier aurait maltraité huit autres aînés (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

Rémy Bernier aurait maltraité huit autres aînés

Cette histoire de maltraitance de personnes âgées dans... (Collaboration spéciale Dave Kidd, Le Charlevoisien) - image 2.0

Agrandir

Cette histoire de maltraitance de personnes âgées dans Charlevoix avait fait grand bruit l'automne dernier, et mené au congédiement de quatre gestionnaires du réseau de la santé en décembre.

Collaboration spéciale Dave Kidd, Le Charlevoisien

Rémy Bernier a comparu au palais de justice de La Malbaie mardi pour faire face à neuf chefs d'accusation de voies de fait sur huit nouvelles victimes. Les actes auraient été posés entre 2013 et 2015, indique le procureur au dossier, Sébastien Émond. Bernier était alors propriétaire de résidences pour personnes âgées et déficientes, dans Charlevoix. Les victimes dans cette affaire étaient des personnes à sa charge. Ces accusations s'ajoutent à d'autres qui ont été portées en octobre dernier, lors de l'arrestation de l'homme de 47 ans et de trois de ses employés. Le total des victimes s'élève jusqu'à maintenant à 20. «C'est l'enquête policière qui s'est poursuivie qui a permis de déposer ces nouvelles accusations», indique Me Émond. Bernier, qui était déjà en liberté dans l'attente de son procès, est retourné chez lui après la comparution. Cette histoire de maltraitance de personnes âgées dans Charlevoix avait fait grand bruit l'automne dernier, et mené au congédiement de quatre gestionnaires du réseau de la santé en décembre. Ces personnes en position d'autorité auraient fermé les yeux sur ce qui se passait dans les résidences de M. Bernier, sur une période de trois ans.  Patricia Cloutier

Mort inexpliquée sur la côte Sainte-Geneviève

Rémy Bernier aurait maltraité huit... (Collaboration spéciale Steve Jolicoeur) - image 4.0

Agrandir

Collaboration spéciale Steve Jolicoeur

Le Service de police de la Ville de Québec a ouvert une enquête depuis mardi soir après la découverte du corps d'un homme dans la cinquantaine trouvé dans son appartement de la côte Sainte-Geneviève par un autre occupant du même immeuble. Selon l'agent Étienne Doyon de la police de Québec, le décès de l'homme a été constaté sur place et les enquêteurs tentent d'en déterminer la cause et d'établir si une infraction criminelle pourrait avoir été commise. La police n'a pas voulu révéler l'identité de la victime puisque la famille n'avait pas encore été prévenue au moment d'écrire ces lignes.  Ian Bussières 

Drogue dure, peine pesante

Rémy Bernier aurait maltraité huit autres aînés (123rf/ximagination) - image 6.0

Agrandir

123rf/ximagination

Le fournisseur d'un des rares réseaux de vente d'héroïne à Québec, Michael Kandilierakis, a finalement plaidé coupable mardi et a écopé d'une peine de 10 ans de prison. Une fois soustraite la détention provisoire, le Montréalais de 59 ans à la feuille judiciaire bien garnie devra purger environ sept ans derrière les barreaux. Kandilierakis était le dernier trafiquant arrêté lors du projet Garrocher du Service de police de la Ville de Québec à régler son dossier. La douzaine d'autres ont déjà écopé de peines variant de quatre à huit ans et demi de prison. Le réseau, dirigé par deux femmes, Annik Roger et Moira Tremblay, s'approvisionnait directement chez Kandilierakis à Montréal ou par le biais de colis envoyés par autobus. Après avoir échoué à infiltrer le cercle restreint des trafiquants d'héroïne, les policiers de Québec ont utilisé l'écoute électronique et ont même subtilisé des colis dans les autobus pour prélever des stupéfiants.  Isabelle Mathieu

Karla Homolka pourrait s'être installée à Châteauguay

Les chaînes de télévision City News et Global, ont... (La Presse, André Pichette) - image 8.0

Agrandir

Les chaînes de télévision City News et Global, ont rapporté que Karla Homolka vivait à Châteauguay et que certains de ses enfants fréquentaient une école locale (photo).

La Presse, André Pichette

La nouvelle voulant que Karla Homolka, jadis condamnée en lien avec deux meurtres, se soit installée à Châteauguay a semé l'émoi dans la ville située au sud-ouest de Montréal, mardi.

Deux chaînes de télévision, City News et Global, ont rapporté que Karla Homolka vivait dans ce secteur et que certains de ses enfants fréquentaient une école locale.

Ni la commission scolaire ni le service de police de la Ville de Châteauguay n'ont confirmé la présence de Karla Homolka dans la ville. La police a publié un communiqué pour dire qu'elle «ne peut pas confirmer l'identité d'une personne demeurant ou non sur son territoire», se contentant de dire qu'elle «avait pris connaissance d'un certain intérêt médiatique impliquant l'identité d'une personne demeurant» à Châteauguay.

La directrice de l'école primaire Centennial Park, Joanne Daviau, a envoyé une lettre aux parents pour les rassurer et leur dire que leurs enfants étaient en sûreté.

Mme Daviau écrit qu'elle ne peut pas en dire plus en raison des lois protégeant la vie privée. Elle a rappelé que si un parent voulait faire du bénévolat, il est sujet à une vérification de ses antécédents.

Karla Homolka était déménagée au Québec en compagnie de son mari Thierry Bordelais, avait confirmé sa soeur lors du procès du meurtrier Luka Rocco Magnotta.

Au début des années 90, Karla Homolka et son mari de l'époque, Paul Bernardo, ont été condamnés à la suite des viols et meurtres de deux élèves, Kristen French et Leslie Mahaffy.

Bernardo a été condamné à une peine d'emprisonnement à vie tandis que Karla Homolka a conclu une entente avec les procureurs en 1993. Elle est demeurée détenue pendant 12 ans après avoir été reconnue coupable d'homicide involontaire. Il fut découvert plus tard qu'elle avait joué un rôle plus actif dans les meurtres qu'elle ne l'avait laissé croire.  La Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer