Incendie dans une usine à poissons de Terre-Neuve

L'incendie à l'usine de traitement de poissons, crevettes... (La Presse Canadienne, Paul Daly)

Agrandir

L'incendie à l'usine de traitement de poissons, crevettes et crabes représente une perte majeure. Jusqu'à 700 emplois saisonniers pourraient disparaître.

La Presse Canadienne, Paul Daly

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Bay de Verde

Des centaines de personnes ont été évacuées et l'état d'urgence a été décrété dans une petite communauté de Terre-Neuve lundi matin en raison d'un important incendie qui ravageait une usine de poissons.

La petite ville de Bay de Verde, située à environ deux heures de route au nord-ouest de Saint-John, a été recouverte pendant des heures par un important panache de fumée noire pendant que quatre services incendie tentaient de mâter le brasier.

Le maire Gerard Murphy a déclaré avoir mis en place un plan d'urgence peu après 6 h lundi matin, lorsqu'il a été alerté de la présence de flammes à l'usine Quinlan Brothers par un pompier qui a sonné à sa porte.

De forts vents atteignant 60 km/h nourrissaient le feu et rendaient le travail des pompiers encore plus difficile.

Le maire a indiqué que les quelque 400 résidants qui ont été forcés à quitter leurs demeures ont été relocalisés dans une école et au Club Lions, de même que dans la communauté voisine d'Old Perlican.

L'incendie à l'usine de traitement de poissons, crevettes et crabes représente une perte majeure pour la région. Jusqu'à 700 emplois saisonniers pourraient disparaître, a rapporté M. Murphy.

Environ 60 résidants de Bay de Verde et plusieurs résidants des communautés avoisinantes travaillent à l'usine, qui est en fonction depuis une cinquantaine d'années. Des travailleurs de la Thaïlande venaient tout juste d'arriver pour se joindre à la main-d'oeuvre locale.

Barbie Skulason, dont le mari gère une partie de l'usine et qui est également pompier, a expliqué avoir été alertée de la présence d'un incendie vers 5h30 lundi matin.

Elle a dit avoir compris l'importance du drame lorsqu'elle a quitté sa maison pour porter secours à certains membres de sa famille qui résident près de l'usine. «C'était dévastateur. (...) On ne pouvait plus voir l'autre côté du port en raison de la fumée noire», a-t-elle raconté.

Des craintes voulant qu'un grand réservoir d'ammoniaque se trouvant dans l'usine puisse s'enflammer se sont dissipées au courant de la matinée. M. Murphy a assuré que l'ammoniaque s'était dispersée dans l'air.

Il n'y aurait aucun blessé, selon la Gendarmerie royale du Canada.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer