Incendie à la boulangerie de la Rémy: la production arrêtée plusieurs mois

La boulangerie de la meunerie de la Rémy,... (Collaboration spéciale Sylvain Desmeules)

Agrandir

La boulangerie de la meunerie de la Rémy, un site à haute valeur patrimoniale, pourrait être une perte totale, estime le directeur des incendies de Baie-Saint-Paul, Alain Gravel.

Collaboration spéciale Sylvain Desmeules

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La boulangerie de la meunerie de la Rémy, site patrimonial à Baie-Saint-Paul dans Charlevoix, a été la proie des flammes samedi soir. Les dommages sont si importants que le moulin doit cesser ses activités plusieurs mois.

Le gestionnaire, Jean-Claude Bernier, revenait de constater les dégâts extérieurs au grand jour lorsque joint par Le Soleil, dimanche. «C'est assez magané», laisse-t-il tomber au bout du fil. Attristé, mais pas découragé, il ne pouvait se prononcer sur l'étendue exacte des dommages puisqu'il n'avait pas encore accès à l'intérieur du bâtiment qui servait de lieu de fabrication et de vente des pains et brioches tant recherchés.

À l'arrivée des pompiers, vers 20h, il y avait une colonne de fumée très apparente, confirme le directeur du Service de sécurité incendie de Baie-Saint-Paul, Alain Gravel. «Le feu s'est propagé rapidement dans les vides techniques du bâtiment pour atteindre le deuxième étage et le toit en bardeaux de cèdre», explique le sapeur.

Les premières constatations laissent croire que le sinistre aurait pris naissance dans les cuisines où se trouvent les fours à pain. Il n'y avait aucun employé dans l'immeuble au moment de l'incendie. Les activités étaient terminées depuis 15h. Les enquêteurs de la Sûreté du Québec ont pris le relais pour déterminer la cause exacte. Au total, 29 pompiers ont combattu l'élément destructeur qui a été maîtrisé vers 22h30.

M. Gravel estime que la boulangerie pourrait être une perte totale. Selon lui, les dommages pourraient atteindre 400 000 $, voire les trois quarts de million de dollars, a appris Le Soleil d'une autre source.

Maison ancestrale

Le site possède une haute valeur patrimoniale. Heureusement, le moulin en pierre construit en 1825 pour le Séminaire de Québec n'a pas été touché. La meunerie a rouvert en 2007 après 10 années de restauration sous l'impulsion de la Fondation Héritage Charlevoix. L'organisme a été créé par le défunt Francis Higginson Cabot, le même qui a conçu les réputés Jardins de Quatre-Vents à Cap-à-l'Aigle, La Malbaie.

M. Bernier se désole maintenant de voir fermer la boulangerie et le moulin, possiblement pour l'été. «On est à la veille de la haute saison touristique. C'est impossible de rénover ou reconstruire à temps», constate-t-il.

La boulangerie est en fait une maison ancestrale, autrefois située à Saint-Irénée, qui a été déménagée en deux morceaux sur le site du moulin. Elle avait été agrandie du tiers pour répondre aux besoins de la meunerie. Les pains et brioches étaient vendus sur place et dans d'autres points de vente ainsi que dans un restaurant de Québec.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer