«Ce tombeau qui nous est tombé dessus»

Sous la supervision des pompiers, les enquêteurs du... (Collaboration spéciale Johanne Fournier)

Agrandir

Sous la supervision des pompiers, les enquêteurs du Bureau de la sécurité des transports ont découpé la carcasse de l'avion pour ensuite emballer les pièces qui seront analysées à Ottawa.

Collaboration spéciale Johanne Fournier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Fournier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Îles-de-la-Madeleine) «La mort n'emporte pas l'amour avec elle», a déclaré le curé Claude Gosselin, samedi soir, devant quelque 150 personnes réunies dans l'église de Bassin, aux Îles-de-la-Madeleine. C'était la première occasion pour la communauté durement éprouvée par le terrible écrasement d'avion survenu mardi de pouvoir se recueillir collectivement.

Parmi ces gens, il y avait des oncles, des tantes, des neveux, des nièces, des cousins et cousines des victimes de la tragédie qui a emporté cinq membres de la famille de Jean Lapierre, mais aussi de leur père et beau-père Raymond, qui était décédé la veille à l'âge de 83 ans.

Dans son homélie d'après Pâques, le prêtre a comparé le tombeau de Jésus à la douleur qui accable les membres des familles des défunts. «Cette semaine, de toutes sortes de manières, on est entrés dans le tombeau des uns et des autres, a-t-il illustré. Quelqu'un qui avait l'habitude de donner une poignée de main m'a pris dans ses bras. Plus concrètement, tous ceux et celles qui étaient impliqués dans ce tombeau qui nous est tombé dessus, les aidants naturels et les premiers répondants, sont venus nous dire que la vie est plus forte que la mort. Seul l'amour peut nous aider à guérir bien des blessures. On ne peut pas revenir en arrière.»

Parmi les personnes présentes à la célébration, on retrouvait un oncle et une tante des victimes de la tragédie, John Cormier et sa femme, Thérèse Renaud. «C'est terrible, a laissé tomber M. Cormier. Le pire, c'est ma soeur Lucie [la mère des victimes]. La mort de son mari, elle s'en attendait, mais pas de perdre quatre de ses cinq enfants!» Sa femme peine à trouver les mots pour décrire la douleur de sa belle-soeur. «Elle pleure, elle pleure, elle pleure», se résout à dire Mme Renaud. «Je sais pas si elle pourra s'en remettre.» Cinq des sept fils du couple seront les porteurs du cercueil de leur oncle, Raymond Lapierre, le père des quatre victimes et beau-père d'une autre.

Claude Gosselin a rappelé que les funérailles des six membres de la famille, soit Raymond, Martine, Louis, Marc et Jean Lapierre ainsi que la conjointe de ce dernier, Nicole Beaulieu, seront célébrées dans cette église, vendredi à 10h. «Concrètement, c'est chez vous que ça va se passer, a-t-il fait valoir. C'est ici que les quatre enfants de M. Raymond et de Mme Lucie ont été baptisés. Ils retournent chez eux.» Le prêtre concélébrera la cérémonie avec son collègue Réjean Coulombe.

Une volée de cloches se fera entendre dans... (Collaboration spéciale Johanne Fournier) - image 2.0

Agrandir

Une volée de cloches se fera entendre dans les huit églises de l'archipel, mardi à midi et demi.

Collaboration spéciale Johanne Fournier

Volée de cloches et vigile

Une volée de cloches se fera entendre dans les huit églises de l'archipel, mardi à midi et demi, soit une semaine jour pour jour à heure exacte après la tragédie. À ce moment précis, les gens seront invités à observer une minute de silence à la mémoire des disparus. Les deux curés organiseront également une vigile de prière et de recueillement la même journée, à 19h30, à l'église de Havre-aux-Maisons.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer