Aucune trace de drogue dans le corps de la jeune femme morte sur le parvis de l'église

Billie Caron avait été retrouvée sans vie sur... (Photothèque Le Soleil, collaboration spéciale Steve Jolicoeur)

Agrandir

Billie Caron avait été retrouvée sans vie sur le parvis de l'église Saint-Roch.

Photothèque Le Soleil, collaboration spéciale Steve Jolicoeur

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La jeune Billie Caron, décédée au début du mois dernier sur le parvis de l'église Saint-Roch, n'est vraisemblablement pas morte d'une surdose de drogue.

Billie Caron... (tirée de Facebook) - image 1.0

Agrandir

Billie Caron

tirée de Facebook

«Selon les résultats préliminaires des analyses toxicologiques reçus à ce jour, et sous réserve des rapports finaux que le coroner recevra dans les prochaines semaines, aucune trace de drogue n'aurait en effet été décelée» dans le corps de la femme de 19 ans, a confirmé vendredi au Soleil par courriel Geneviève Guilbault, responsable des communications au Bureau du coroner. 

Plus tôt cette semaine, le copain de la victime avait mentionné au Soleil la teneur des résultats de l'analyse toxicologique, ajoutant qu'il ne souhaitait pas commenter davantage.

L'hypothèse de la surdose de GHB, qui avait été évoquée par plusieurs, dont les autorités policières, au moment des faits est donc vraisemblablement écartée. Et le mystère plane plus que jamais sur la cause du décès. Seul le rapport final du coroner, qui sera rendu public «au cours des prochains mois», mentionne Mme Guilbault, permettra de répondre aux questions qui demeurent. 

La théorie du malaise

Billie Caron, 19 ans, est décédée tôt le matin du 5 mars devant les portes de l'Église Saint-Roch. Celle-ci avait passé la soirée au bar Le Boudoir pour célébrer l'anniversaire d'une amie. La jeune femme se serait évanouie peu après 2h devant les portes de l'église Saint-Roch, où des secours auraient effectué des manoeuvres de réanimation. Le décès de Billie Caron a été constaté à l'hôpital.

Peu de temps après le drame, le copain de la victime, Thomas Tremblay, a confié au Soleil qu'il croyait à la théorie du malaise plutôt qu'en celle de la surdose. Il a d'ailleurs mentionné que Billie Caron avait déjà subi des malaises dans le passé.

Il n'a pas nié que sa copine puisse avoir été intoxiquée contre son gré - car «je sais à 175 % que c'est pas volontaire» -, mais il préférait ne pas envisager cette option. «Je peux pas croire à ça, sinon je dormirais pas», a-il confié.

«Elle n'était pas en état d'ébriété ni droguée lorsqu'elle est partie» du Boudoir, a également assuré Myriam, une amie de la victime présente le soir des faits.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer