Un électricien poursuit un ex-employeur pour une perte de revenus de 400 000 $

Un apprenti électricien qui a fait une vilaine chute sur un chantier de... (Collaboration spéciale Catherine Lefebvre)

Agrandir

Collaboration spéciale Catherine Lefebvre

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un apprenti électricien qui a fait une vilaine chute sur un chantier de construction poursuit son ancien employeur pour 531 000 $; il allègue ne plus pouvoir pratiquer son métier et avoir dû se recycler en technicien d'évaluation en bâtiment, une profession beaucoup moins payante, estime-t-il.

Après avoir suivi un cours d'une année au Collège Aviron de Québec, Pierre-Luc Bouchard a décroché un boulot d'apprenti électricien en 2008. Le 25 mars 2013, l'apprenti se rend avec un compagnon électricien travailler sur le chantier d'une résidence familiale de Beauport, dont la construction est assurée par l'entreprise Habitations Vincent Vallée.

Alors qu'il s'installait pour cette première journée de travail dans le chantier, Bouchard a mis le pied sur de la laine minérale laissée sur le plancher de la résidence. «Contre toute attente, il n'y avait aucun plancher sous la laine minérale étendue au sol et le demandeur s'est retrouvé projeté dans le vide», peut-on lire dans la requête déposée en Cour supérieure il y a une semaine.

L'apprenti électricien a pu s'accrocher à une latte du mur extérieur afin d'éviter de tomber dans la cave. Lors de ce mouvement, il s'est infligé une déchirure partielle de la coiffe des rotateurs de l'épaule droite.

Pierre-Luc Bouchard apprendra que la veille de l'accident, les travailleurs avaient coulé du béton au sous-sol. Pour conserver la chaleur du système de chauffage temporaire, ils avaient déposé de la laine minérale sur le trou d'accès à la cave.

Dans sa requête, Bouchard affirme que rien ne mettait les ouvriers en garde contre le trou caché par la laine.

Depuis l'accident, le jeune homme aujourd'hui âgé de 31 ans n'a pu, malgré quelques tentatives, retravailler comme électricien. Il dit n'être plus capable d'installer du filage électrique durant de longues heures, les bras au-dessus de la tête.

Pierre-Luc Bouchard s'est réorienté et suit actuellement une formation technique d'évaluation en bâtiment.

Dans sa poursuite, il évalue que jusqu'à ses 65 ans, il aura perdu 400 000 $ en revenus en raison de cette réorientation professionnelle inattendue.

En plus des pertes pécuniaires futures, Pierre-Luc Bouchard poursuit pour 131 000 $ les Habitations Vincent Vallée pour les douleurs, souffrances et inconvénients ainsi que pour les pertes pécuniaires passées, pour un total de 531 000 $.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer